Le show : la fièvre « Rambo »

Le titre à succès du chanteur camerounais Aveiro Djess fait le buzz sur les réseaux sociaux et les différentes cérémonies.

« Rambo ». Ce nom doit certainement rappeler des bons souvenirs aux cinéphiles d’un certain âge. Mais, ce n’est pas l’acteur américain Sylvester Stallone qui revient sous les traits de « Rambo », ce personnage incarnant force et courage à l’écran. « Rambo » version 2019, c’est le titre d’une chanson à succès composée par le jeune artiste camerounais, Aveiro Djess. Révélée au grand public grâce aux chorégraphies créées avec ce morceau par les Lions indomptables du football lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations (Can) en Egypte, la chanson est vite devenue populaire sur la toile. En quelques semaines seulement, elle a enregistré un record d’audience impressionnant. 
En effet, les coéquipiers d’Eric Maxim Choupo-Moting se sont appropriés « Rambo » pour célébrer leur première victoire (2-0) face à la Guinée-Bissau. Elle les a accompagnés ensuite aussi bien pour leurs entraînements qu’à leur arrivée dans les stades. Même si « Rambo » n’a malheureusement pas porté chance aux quintuples champions d’Afrique au même titre que le tube « La chanteuse Reniss à la Can 2017, l’œuvre d’Aveiro Djess rencontre un franc succès chez les amateurs de la bonne musique. Sur les réseaux sociaux, dans les soirées dansantes, les anniversaires ou les mariages, le titre « Rambo » lève les foules. En petit comité ou en « solo », torse bombé et hanches propulsées vers l’avant, en exécution de la chorégraphie servie dans le clip vidéo, chacun qui y va de sa démonstration et de son pas de danse. 
Véritable symbiose interculturelle, « Rambo » est un mélange de ndombolo, bikutsi et de zouglou concocté par cet artiste qui a vu le jour dans un des quartiers chauds de Yaoundé. Aveiro Djess y raconte le quotidien des habitants d’Etam-Bafia. « Les grands mangent les petits, les petits mangent les grands », dit-t-il. Dans sa narration, il met en avant le côté combatif des habitants de ce milieu, animés par une volonté tenace de ne jamais baisser les bras et de se battre au contraire face à l’adversité. Peu importe les difficultés rencontrées. Qu’il s’agisse de la femme trompée ou du petit vendeur ambulant qui se fait racketter par plus grand que lui, personne ne se laisse marcher dessus et n’hésite pas à faire valoir son autorité. Le message est clair : chacun doit faire de la vie un vrai combat, mieux, être un vrai combattant, à l’instar de son idole « Rambo ». 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category