Enregistrement à l’état civil : les populations du Littoral trainent

Fait révélé vendredi à Douala par le chef d’agence du Bunec lors de la 2e journée africaine d’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil.

Bien que ne disposant pas encore de chiffres exacts, le chef d’agence du Bureau national de l’Etat civil (Bunec) pour le Littoral, Jeanne Nadia Endene Dinde, a été claire au sujet de l’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil. « Nous constatons que la grande majorité d’enfants dans le Littoral ne disposent pas d’acte de naissance. La demande des services de l’état civil demeure faible. Certains parents gardent les déclarations de naissance en pensant que c’est un acte de naissance ». Dans la même veine, le chef de la division du Développement régional dans les services du gouverneur, Gabriel Dimani Balla, représentant le gouverneur, a indiqué que deux enfants sur trois ne sont pas enregistrés en zone rurale dans l’ensemble du pays.
La journée africaine d’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil constitue ainsi une occasion idoine pour sensibiliser davantage sur l’importance de l’acte de naissance. « L’état civil constitue aujourd’hui une institution étatique destinée à garantir non seulement l’intérêt de l’Etat lui-même, mais également celui des particuliers. Il est par ailleurs un domaine de la souveraineté sur les plans sécuritaire, social, économique et politique. Les documents de l’état civil sont un attribut de la nationalité », a souligné Gabriel Dimani Balla. 
Les communes d’arrondissement comme celle de Douala 3e jouent un rôle déterminant dans l’établissement des documents de l’état civil. « Nous avons recensé près de 15.000 cas. Près de 12.000 ont déjà leurs certificats d’âge apparent et les certificats de non existence de souche. Dès le début de la semaine prochaine, nous aurons les premiers cas qui sortiront du parquet avec leurs expéditions. D’ici la fin de ce mois, nous allons délivrer les premiers 1000 actes de naissance de cette opération à la mairie de Douala III », a indiqué le maire, Théophile Job Kwapnang. A l’agence du Bunec du Littoral, l’on mise sur des sensibilisations plus accrues pour inverser la tendance.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category