Fièvre Ebola en RDC: l'espoir est permis

Des protocoles de soin permettent actuellement de guérir les patients à plus de 80%.

Le Pr. Jean-Jacques Muyembe Tamfun, récemment nommé coordonnateur du comité d’experts chargés de la riposte nationale contre la fièvre hémorragique Ebola en République démocratique du Congo (RDC), a tenu une conférence de presse dimanche dernier sur l’évolution du traitement de la maladie. Pour lui, les indicateurs sont bons. Il fonde son affirmation sur l’amélioration de l’état de santé des deux malades internés la semaine dernière au Centre de traitement de Goma et la maîtrise de l’épidémie dans cette métropole. Au lendemain du décès d’un patient diagnostiqué en mi-juillet dans cette ville peuplée de plus de deux millions d’habitants, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) avait classé la fièvre Ebola dans le registre des urgences sanitaires mondiales.

Outre les essais cliniques en vue de la production du vaccin, le Pr. Muyembe n’exclut pas la probabilité d’avoir un traitement homologué et un vaccin dans les jours à venir. Au stade actuel, a-t-il affirmé, un malade diagnostiqué à temps et mis sous traitement a 80 à 90% de chance de guérir. En effet, quatre molécules sont en train d’être testées en vue du choix de celle susceptible de donner le maximum d’efficacité. L'essai du vaccin MVA-BN produit par le laboratoire belge Janssen, filiale de l'Américain Johnson & Johnson alimente aussi le débat en République démocratique du Congo, où l'ex-ministre de la Santé était ouvertement opposé à son utilisation. Il a finalement démissionné le 22 juillet dernier, se sentant désavoué après la mise en place d'un comité chargé de superviser la riposte contre la maladie, présidé par le Pr. Jean-Jacques Muyembe Tamfun, directeur national de l'Institut de recherche biomédicale de Kinshasa.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category