Développement du cinéma : des projets pour la jeunesse

Le ministre des Arts et de la Culture a reçu mardi 13 août 2019 un groupe de jeunes experts porteurs d’une initiative de formation et conduit par la réalisatrice Osvalde Lewat.

Derrière un bon produit cinématographique se cachent des experts qui ont reçu une bonne formation. Au Cameroun, malgré les efforts, le secteur de l’art cinématographique connaît jusque-là un retard. Toute initiative professionnelle et prometteuse susceptible de relever le niveau est la bienvenue. C’est dans l’optique de redynamiser la filière que le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt, a reçu en audience mardi dernier, la réalisatrice d’origine camerounaise Osvalde Lewat et son équipe. Les hôtes du Minac sont porteurs d’un projet de formation et d’éducation en image. Lequel sera orienté vers des élèves du second cycle des lycées et collèges. Objectif : donner l’envie à des jeunes de s’investir dans le cinéma, les éduquer à l’image, à la réalisation et au montage.

Cette opération intervient au lendemain de l’insertion de la filière art cinématographique dans les programmes du second cycle de l’enseignement secondaire général. Le projet sera ainsi un premier pas dans la mise en oeuvre de la filière. Les jeunes apprenants auront ainsi l’occasion de toucher du doigt l’art cinéma et verront ainsi leur performance s’améliorer. A en croire Osvalde Lewat, le chronogramme prévoit le lancement d’appel à projets en octobre prochain. Après cette étape, les scénarii seront retenus. Les propositions des 12 lauréats seront tournées en film au mois d’avril 2020, date à laquelle le grand événement aura lieu à Yaoundé. Par ailleurs, sa mise en oeuvre sera déclinée sur l’éducation, la pratique, la technique et la culture artistique du cinéma.

La femme à la tête de ce programme est bien placée pour accompagner les aspirants cinéastes. Photographe et réalisatrice, Osvalde Lewat a reçu plusieurs prix parmi lesquels le grand prix du film de télévision au Portugal, le prix des droits humains au festival de Montréal, le grand prix du documentaire à Verone, le grand prix Justice à l’écran et prix du public Isère, le prix du meilleur documentaire et de la meilleure image au festival Vues d’Afrique de Montréal, entre autres. Grâce à ces atouts, la jeune cinéaste veut apporter son expertise à la jeunesse camerounaise. Le Minac, intéressé par cette suggestion, a demandé à ses hôtes d’accélérer son opérationnalisation dans les meilleurs délais. Il a à cet effet demandé à ses collaborateurs de travailler avec l’équipe d’experts, porteuse du projet.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category