Blondel : le petit à la voix de velours

Découvert il y a deux ans sur les réseaux sociaux, le talent de ce timbre spécial s’étale dans un opus sorti en juin dernier.

Sa voix renversante a donné des frissons à des millions d’internautes. C’est avec circonspection qu’il y a deux ans, tous découvraient le timbre de Blondel. Tant de puissance sortie d’un si petit corps, reprenant « Ekon ma kon » d’Ange Ebogo Emerent avec maestria. Aujourd’hui, le chanteur de 14 ans se lance avec un opus bien à lui. Il a récemment dévoilé « Ma Cool’eur », un Extended Play (EP) de sept titres dont cinq inédits. En plus des deux reprises : « Ekon ma kon » qui l’a fait connaître, et « Buna ba kwedi » de Eboa Lotin, on y retrouve une variété de styles et de thèmes emmenée par les titres « Duma Yawé », « Abé », « Maman », « Kaba ngondo » et « Tiri tiri ». Le petit aime l’opéra, mais se laisse aisément porter par l’ekang et d’autres styles urbains. Il est aussi musicien. S’il touche plusieurs instruments comme le balafon, Blondel préfère le piano.
De son vrai nom Mvondo Etoundi William Bradley, Blondel est né le 8 octobre 2005 à Okola, dans le département de la Lékié. Son talent se révèle aux premières heures de sa vie. Très tôt, il devient choriste. Il sera membre des Chérubins de la paroisse Saint Esprit d’Okola, du Chœur des anges de la paroisse Saint Barthélemy de Mva’a et de la chorale d’enfants de la paroisse de Ndjoré II dans la Haute Sanaga. Grâce à la visibilité donnée par le partage de sa vidéo sur les réseaux sociaux, le jeune artiste croise la route et partage la scène avec des célébrités de la musique camerounaise telles que Ange Ebogo Emerent, Ekambi Brillant, Toto Guillaume, Dynastie le Tigre et bien d’autres. Ceci à la faveur de spectacles et d’émissions télévisées, comme lors du plateau spécial Fête de la musique 2018 sur la Crtv. Blondel, encadré par BEC Productions de Bertrand Eba, veut atteindre les sommets. Il a le talent pour.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category