Contribution au Grand dialogue national : la société civile s'exprime

Les personnes hadicapées ont été reçues hier par le PM, chef gouvernement, tout comme des mouvements de femmes et d’autres associations.

Leur voix compte, et elles ne se sont pas privées de l'exprimer hier dans les Services du Premier ministre. Les personnes handicapées, dans la pénibilité de leur mobilité, étaient tout de même soulagées à l'issue de la concertation avec Joseph Dion Ngute. Elles ont en effet trouvé une oreille attentive à l'écoute de leurs propositions et doléances. Sur leurs béquilles, chaises roulantes ou rampant tout simplement à même le sol, les handicapés moteurs se sont exprimés avec hauteur et dignité. Leur porte-parole, François Kenfack, a trouvé en cette ouverture le trait authentique d'un « dialogue national inclusif ». D'après ses explications, ce sont près de trois millions de Camerounais qui, à travers eux, ont porté leurs revendications au Premier ministre, chef du gouvernement. Parmi ceux-là, de nombreuses victimes des débordements dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, dont l'immense espoir est que cette crise s'arrête. D'autre part, la communauté des personnes handicapées du Cameroun a des « attentes prioritaires ». Elles veulent notamment être des citoyens à part entière, qui ont accès à l'éducation de qualité, dans des conditions qui tiennent compte de leurs handicaps. 
L'autre délégation dont la voix est aiguë dans l'appel à la résorption de cette crise, c'est la South West and Northwest Women Task Force. Ce sont ces amazones qui se distinguent par leur robe ample « Kaba Ngondo », de couleur noir, assortie d'un foulard ou écharpe orange. Elles sont en ordre de bataille depuis l'année dernière et appellent à la cessation des violences dans les deux régions. Avec Joseph Dion Ngute, elles ont redit leur volonté à contribuer à l'apaisement, et ont surtout appelé au pardon, au cessez-le- feu avant le Grand dialogue national. Sur un autre point, ce mouvement conduit par Esther Njomo Omam, souhaite que le gouvernement assure la sécurité des personnes de bonne volonté, membres de la diaspora notamment, qui prendront part au Grand dialogue national. C’est dans cette logique que s’est inscrit le plaidoyer de Felix Agbor Balla Nkongho. L’avocat et président du Centre africain des droits de l’Homme et de la démocratie s’est entretenu avec le PM. L’on se souvient qu’il fait partie des personnes interpellées dans le cadre de cette crise, et élargies grâce à la décision d’arrêt de poursuite judiciaire prise par le chef de l’Etat le 30 août 2017.
La délégation de la Cameroon Cooperative Credit Union Leagues Limited (Camcull), pour sa part, s&...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category