Gardiens de la paix : le contingent des « Enragés » en poste

Près de 5000 lauréats ont reçu leurs épaulettes des mains du DGSN, Martin Mbarga Nguélé vendredi, 27 septembre 2019 au Centre d’instruction et d’application de la police de Mutengene.

Le contingent des « Enragés ». Ainsi s’est auto-nommée la promotion 2018 des élèves gardiens de la paix arrivée vendredi, 27 septembre 2019 en fin de formation au Centre d’instruction et d’application de la police (CIAP) de Mutenguene dans le Sud-Ouest. « Déterminés », « vaillants » et prêts à défendre les couleurs de la nation, les nouveaux fonctionnaires de police ont prouvé leur bravoure en restant debout sous la grande pluie qui s'est abattue sous le ciel de Mutengene durant près de trois heures, forte au cours de la cérémonie officielle de remise des épaulettes et diplômes. Un phénomène naturel que le Délégué général à la sûreté nationale (DGSN), Martin Mbarga Nguélé, a qualifié de « bénédiction ».


Read also : 2021 GCE Exams : Marking Ongoing In Buea, Limbe

Sur un effectif théorique de 5041, ce sont 4894 élèves gardiens de la paix titulaires d'un Bepc, d'un probatoire, d'un baccaulréat, d'une licence ou d'une maîtrise qui ont franchi la ligne d'arrivée avec brio après 52 semaines de formation. Une formation rude dont les différents ateliers: tir, armement, self-défense, parcours du combattant, ont été visités par Martin Mbarga Nguélé et la délégation qui l’accompagnait jeudi dernier, un jour avant la cérémonie de remise des épaulettes. C’était également un moyen pour le DGSN de s'enquérir du savoir-faire et du savoir-être inculqués par les formateurs du Centre. « Nous avons mis l’accent sur les différents aspects liés à la formation professionnelle, à savoir le renseignement, la police judiciaire, la sécurité publique, le maintien de l'ordre. Mais nous avons insisté sur le contexte sécuritaire dans le cadre de la formation militaire, afin que les élèves s'adaptent au nouveau contexte et qu'ils ne soient pas surpris par l'environnement hostile qui les attend sur le terrain », a expliqué le Commandant du CIAP, le commissaire divisionnaire, Pierre Nith.


Read also : Rentrée scolaire : on inscrit déjà dans le privé

Pour les encadreurs du CIAP, les élèves ont été suffisamment formés pour faire face à l'ennemi. Leur nom de baptême en dit long. « Il s’agit d’un engagement républicain. Ils ont été formés dans la logique de la défense publique, à savoir le combat », a poursuivi le Commandant du CIAP. Des paroles soutenues par le DGSN lors de son discours de circonstance. Ce dernier a appelé les jeunes recrues à rendre fier ce corps de métier qui demande beaucoup de sacrifices. « Vous devez avoir un comportement exemplaire, une obligation de correction dans votre tenue, dans vos agissements et dans vos propos. Vous êtes désormais astreints à une obligation de dignité, au devoir de réserve et au respect du secret professionnel (...) l'exécution de vos missions doit se faire dans la courtoisie et la responsabilité, dans le respect scrupuleux des droits de l'Homme », a recommandé Martin Mbarga Nguélé. Une sorte d'envoi en mission qui a été sanctionnée par un défilé imposant des fonctionnaires de la police, sous le regard des autorités administratives de la région du Sud-Ouest et des familles venues nombreuses.


Read also : Ecoles normales d’instituteurs : réflexion sur la mise à jour des programmes

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category