Désarmement, démobilisation et réintégration : un processus à renforcer

Ce sujet de réflexion, qui bénéficie déjà du travail d'un Comité national, n'a pas manqué de susciter d'autres pistes de solutions.

Formalisation du Comité national de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) des ex-combattants de Boko Haram et des groupes armés des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Voilà par quoi, selon les membres de la commission dédiée, tout doit commencer. Pour les têtes pensantes réunies autour du Pr. Saibou Issa, le Comité créé en novembre 2018 doit avoir un statut juridique qui lui donne plus de pouvoir. La commission constituée pour le Grand dialogue national a, au terme de ses travaux, également recommandé le  renforcement de l'équipement des comités de vigilance, la réhabilitation des bâtiments détruits et abandonnés dans les régions en crise, le renforcement de la coopération avec les partenaires au développement. 


Read also : Est : lLe colis spécial du chef de l’Etat à bon port

Par ailleurs, en s’inspirant de ce qui se fait déjà dans la région de l'Extrême-Nord avec les ex-combattants de Boko Haram, ces commissaires recommandent aussi la formation de ceux du Nord-Ouest et Sud-Ouest à des activités génératrices de revenus, afin de leur garantir une certaine autonomie financières et ainsi les éloigner de toutes tentations de récidives. Il est également question de mettre ces personnes en confiance afin qu’elles comprennent que leur capitulation n’est pas synonyme de faiblesse, encore moins une porte automatiquement ouverte à des poursuites judiciaires. Le soutien aux forces de défense fait partie de la dizaine de recommandations formulées par cette commission. 


Read also : On pense l’avenir ensemble

Pour les membres de cette commission, dont Faï Yengo Francis, président du Comité national de DDR, les ministres des Affaires sociales et de la Santé publique, la séparation entre les centres de désarmement et ceux de réinsertion doit être effective. Tout comme l'identification des communautés d'accueil pour la préparation avant le retour des ex-combattants dans leurs communautés d'origine. Mais pour y arriver, il faudra continuellement mobiliser les ressources financières, car toutes ces actions nécessitent des fonds qui ne sont pas toujours disponibles. 


Read also : Aéroport international de Yaoundé-Nsimalen : Chaleur fraternelle

Toutefois, certains points soulevés en commission n’ont pas fait l’unanimité. Il s’agit notamment du recrutement des ex-combattants au sein des forces de défense et de la mise en place d’un mécanisme de compensation armes contre désintéressement…


Read also : Système judiciaire : pour une cohabitation des cultures juridiques

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category