Surdité : 1000 enfants à dépister

Une campagne de quatre jours lancée ce mardi 8 octobre à l’hôpital Laquintinie

Ces mères seront désormais plus attentives, plus observatrices des comportements et attitudes de leurs enfants en bas-âge. Parce qu’elles ont reçu à l’hôpital Laquintinie hier, 8 octobre, des informations et des conseils leur permettant de sauver leurs bébés d’une éventuelle surdité. Ceci dans le cadre d’une campagne de dépistage gratuit de la surdité chez l’enfant. Opération organisée par la formation hospitalière avec le soutien du Lions Club Douala Ebène.

Avant le début des auscultations proprement dites, quelques dizaines de femmes présentes à cette journée d’ouverture ont pris part à une conférence sous le thème: « L’intérêt du dépistage précoce de la surdité chez les nouveau- nés et enfants ». Occasion pour elles d’apprendre par exemple les signes d’une possible surdité enfantine : l’absence de réaction à la voix ou aux bruits ; de la distraction ou des absences (l’enfant a l’air coupé du monde) ; le retard de langage, etc. Le Dr Maurice Mpessa, ORL à Laquintinie, leur a recommandé de se rendre à l’hôpital si l’un ou l’autre de ces signes est constaté.

Les participantes à la conférence apprendront également que plusieurs causes sont à l’origine de la surdité (encore appelée, de manière plus soft, hypoacousie) chez l’enfant : infection du nez, infections répétées des oreilles, Trisomie 21, infection foetale, ictère néonatal, méningite, traumatisme crânien, entre autres. Selon des chiffres communiqués par Laquintinie, 466 millions de personnes dans le monde souffrent d’une déficience auditive handicapée, dont 34 millions d’enfants. Et chez l’enfant justement, 60% des cas sont dus à des causes évitables. D’où l’importance du dépistage. « Chez nous, tout enfant qui naît sourd sera muet (…) La science aujourd’hui nous permet de procéder à de la réhabilitation auditive. Nous devons faire reculer cette fatalité. Nous sommes en train de mettre en place le dépistage systématique, et pratiquons la chirurgie pour l’implant cochléaire », a indiqué le Pr Louis Richard Njock, directeur de Laquintinie, au cours de la conférence.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category