Economie

Doing business 2020 : le Cameroun perd une place

Dans le classement de la Banque mondiale des économies rendu public hier, le pays est passé de la 166e à la 167e place.

L’édition 2020 du classement Doing Business de la Banque mondiale est disponible depuis hier jeudi 24 octobre sur le site de l’institution. Dans cette édition, qui comme à l’accoutumée, évalue les facilités à faire des affaires dans 190 pays à travers le monde, le Cameroun a fait un petit pas en arrière. En effet, pour l’année 2020, le pays est classé 167e, alors qu’il a occupé le 166e rang dans le classement de 2019. Dans le détail, le pays obtient cette année une note de 46,1 sur les 100 points mis en jeu, soit 0,1 point par rapport à 2019. Des notes dispatchées entre 10 critères comprenant entre autres la création d’entreprise, le raccordement à l’électricité, l’obtention de prêts, le paiement des taxes et impôts, le commerce transfrontalier, l’exécution des contrats. Pour la Banque mondiale cette position du Cameroun est dû au fait que le pays a amélioré un seul indicateur sur 10 : l’accès aux informations sur le crédit. En effet, l’Etat camerounais a établi un cadre, en relation avec la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac), pour l’octroi de licences et le fonctionnement des bureaux de crédit. Et justement, en Afrique centrale, le Cameroun est la meilleure économie. Il se classe ainsi devant le Gabon (169e), la Guinée Équatoriale (178e), le Congo (180e), le Tchad (182e), la Centrafrique (184e). Par ailleurs Les économies sont classées selon leur facilité de faire des affaires, de 1 à 190. Un classement de la facilité de faire des affaires élevé signifie que l’environnement réglementaire est plus propice à la création et opération d’une société locale. Les classements sont déterminés en triant les scores globaux de 10 sujets. Chaque sujet est accordé un le même poids et chaque sujet consiste de plusieurs indicateurs. Les classements pour chaque économie sont calculés en utilisant le mois de mai 2019 comme point de référence. Doing Business prend en compte plusieurs dimensions importantes de l’environnement réglementaire qui affecte les entreprises nationales. Il fournit des indicateurs quantitatifs sur la réglementation de la création d’entreprise, des permis de construire, l’accès à l’électricité, l’enregistrement des propriétés, l’obtention d’un crédit, la protection des investisseurs minoritaires, le paiement de taxes, le commerce transfrontalier, le respect des contrats et du règlement des cas d’insolvabilité. Doing Business mesure également les aspects liés à l’emploi et aux contrats avec le gouvernement (marchés publics).

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps