Accès des femmes aux financements : de belles perspectives se dessinent

Le quatrième sommet mondial sur le genre ouvert lundi, s’achève ce jour à Kigali sur des engagements concrets

Pour la première fois, l’Afrique abrite le sommet mondial du genre. La quatrième édition s’est ouverte lundi, 25 novembre 2019 à Kigali (Rwanda) avec le lancement de l’action pour le financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA). C’est un projet de plusieurs institutions financières autour de la Banque africaine de développement (BAD) qui mobilise trois milliards de dollars de nouveaux prêts en faveur des femmes. Ce sommet affiche ainsi une ambition forte : « Eliminer les obstacles à l’égalité des sexes », le thème général des assises. Pour porter le plaidoyer, plusieurs leaders politiques ont honoré le rendez-vous, aux côtés de Paul Kagame, président du Rwanda. Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, Sahle Work Zewde, présidente de la République fédérale démocratique de l’Ethiopie et deux First Ladies (Margaret Kenyatta et Jeannette Kagame) étaient présents avec une intention affichée d’appeler à l’effectivité de l’autonomisation de la femme et aussi réclamer la réalité de la parité homme-femme dans tous les secteurs et toutes les administrations en Afrique. A l’Auditorium du Kigali Convention Center, les chiffres contenus dans les interventions soulignaient l’impérative nécessité de passer de la rhétorique à l’action. Adesina Akinwunmi, président de la BAD a parlé d’un déficit de financement en faveur de la femme africaine d’un montant de 42 milliards de dollar. Pourtant, bien que exclues des systèmes bancaires, les femmes sont crédibles. 90% de celles qui obtiennent des prêts les remboursent.

Autres statistiques qui amènent à accorder plus de chance aux femmes, c’est que ces dernières représentent 52% de la population africaine et produisent 80% des aliments consommés sur le continent. Outre l’expansion de ce financement innovant, on explore les pistes d’amélioration de l’environnement juridique, réglementaire et institutionnel favorable ainsi que la garantie de la participation de la femme aux financements.

En ouvrant les travaux lundi, 25 novembre 2019 Paul Kagame a reconnu que partager un monde où les femmes jouent un rôle central n’est que justice

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category