Fret terrestre : la digitalisation se met en route

Acteurs du transport routier du Cameroun et du Tchad ont échangé samedi 30 novembre à Douala sur les avancées.

« Une instruction du Premier ministre, chef du gouvernement, oblige tous les intervenants du commerce extérieur à s’arrimer à la dématérialisation ». Le rappel a été fait ce samedi 30 novembre à Douala par le coordonnateur du Bureau de Gestion du Fret terrestre (Bgft). El Hadj Oumarou s’exprimait ainsi à l’occasion d’une rencontre avec des homologues tchadiens du Bgft (Bureau national du fret terrestre), en rapport avec l’exploitation du corridor Douala-N’Djamena
Il était notamment question de presenter à la partie tchadienne le nouveau système d’information pour la gestion du fret terrestre mis sur pied par le Bgft, et les avancées qu’il induit. Le SigFret – c’est ainsi qu’il est dénommé –, sur sa plateforme, permet de collecter et afficher les offres de demande de transport ; sécuriser le fret en transit ; gérer les cotisations syndicales ; veiller au respect des quotas ; délivrer les documents obligatoires de transport, etc. Une simulation effectuée sur place a permis aux hôtes tchadiens de s’imprégner davantage de cette application.
« Saisissant l’opportunité que nous offre cette rencontre, j’aimerais nous engager dans une réflexion franche, partagée et objective », a indiqué El Hadj Oumarou, appellant à des resolutions « realistes, efficaces et opérationnelles, adaptées à l’air du temps ». La partie tchadienne se dira heureuse des avancées rendues possible par les technologies de l’information et de la communication mises ainsi à contribution dans le cadre du SigFret, perçu comme « un système d’information fiable ».
Côté perspectives, on apprendra du Bgft que les pouvoirs publics ont prescript la connexion (« le maillage ») de tous les check-points le long du corridor Douala-N’Djamena. Mais tout ne roule pas comme sur du bon bitume, s’agissant de l’implémentation de cette application. Le coordonnateur du Bgft a ainsi relevé « des réfractaires au changement » et des « resistances dans la chaîne » du commerce extérieur.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category