Culture

Théâtre : Amour impossible, regrets éternels

Le 4 décembre dernier à Yaoundé, le metteur en scène, Jacobin Yarro a donné vie à un texte de l’auteur allemand, Johann Wolfgang von Goethe.

C’est l’histoire d’un amour tragique. Werther éprouve une affection ardente pour Charlotte. Il décide de se suicider après avoir été repoussé à plusieurs reprises par sa bien-aimée, la fiancée d’Albert. L’intrigue se déroule entre mai 1771 et décembre 1772. A l’occasion des lectures spectacles organisées par l’Institut Goethe de Yaoundé, le public a revisité « Les souffrances du jeune Werther », roman dramatique de l’auteur allemand Johann Wolfgang Von Goethe, le 4 décembre dernier.

Sur les planches : Landry Nguetsa, Manuella Nguetse et Mohamadou Nourroudini, coordonnés par Jacobin Yarro, qui assure la mise en scène (plus précisément la mise en lecture, puisqu’il s’agit d’une lecture spectacle). Ils ont respectivement incarné les rôles de Werther, de Charlotte et de son fiancé Albert, les trois personnages principaux de l’histoire racontée par « Les souffrances du jeune Werther » (Die Leiden des jungen Werthers, en allemand). En une heure et demie, les comédiens ont plongé les spectateurs dans un feuilleton riche en rebondissements, à travers une déclamation rythmée, par des interprétations profondes, le tout agrémenté de galettes musicales pour servir de respiration au jeu. Une conciliation dynamique qui dévoile les facettes de l’amour. D’un côté, l’attachement et la fidélité pour Charlotte et son fiancé. De l’autre, la tristesse chez Werther, personnage « mal-aimé » qui paye de sa vie cette mésaventure.

A travers le concept des lectures spectacles, l’Institut Goethe de Yaoundé veut : « Inciter le goût de la lecture chez les spectateurs. Car nous avons constaté que les jeunes lisent de moins en moins de nos jours, plus précisément au Cameroun », confie Jacobin Yarro. Outre le côté relationnel, le choix du roman vient de la qualité de l’écriture. « Cette oeuvre a été utilisée dans les programmes scolaires en Allemagne à une certaine époque. D’ailleurs, son succès a permis de considérer l’auteur comme le précurseur du romantisme », précise Jacobin Yarro.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps