Accompagnement des Pme : bientôt un kit tout en un

Des experts nationaux et internationaux peaufinent depuis hier à Yaoundé ce guide complet du jeune entrepreneur au Cameroun.

On les compte par dizaines, des structures et programmes institutionnels dédiés à l’accompagnement des jeunes entrepreneurs au Cameroun. Au milieu de toute cette panoplie d’accompagnateurs, il reste néanmoins difficile pour le jeune entrepreneur de savoir où et à quel moment se diriger vers l’un d’entre eux. Un choix que souhaite désormais faciliter le ministère en charge des Petites et moyennes entreprises. Depuis hier, des experts nationaux et internationaux venus du Nigéria, du Rwanda, du Sénégal, ainsi que des responsables de ces structures, finalisent à Yaoundé, le Kit du jeune entrepreneur. Un guide tout en un qui présente les différentes étapes à parcourir, les procédures à suivre et les structures à consulter, pour tout jeune startuper, désireux de voir son projet se transformer en une véritable entreprise. 
Le Kit du jeune entrepreneur présente « tous les éléments modèles nécessaires pour se lancer dans l’entrepreneuriat de manière efficace et conforme aux procédures et aux meilleures pratiques. Ces procédures concernent le choix du type de société, des institutions publiques accompagnatrices, des procédures pour bénéficier du financement et la gestion de son entreprise, avec notamment les procédures administratives, financières et la gestion des ressources humaines, la problématique de l’accès au financement et au marché, le respect des normes, le packaging et même le branding », indique Aliou Abdoullahi, coordonateur national de la Cellule d’appui à l’ordonnateur national du Fonds européen de développement, l’un des financeur du projet. 
Dans un contexte où, selon des analyses de l’Institut national de la statistique, plus de la moitié des jeunes entreprises peinent à atteindre la deuxième année, le Kit du jeune entrepreneur trouve toute son importance. « Nous voulons à travers ce kit renforcer l’éducation des jeunes entrepreneurs à la culture entrepreneuriale pour les aider à être plus résilients face aux difficultés de l’environnement économique. Les volets non financier et financier qu’il comporte permettra aux jeunes de basculer du secteur informel dans lequel ils sont de plus en plus nombreux, vers le secteur formel, plus rentable et pourvoyeur d’emplois ainsi que de richesse pour le pays », a expliqué le ministre Achille Bassilekin III, qui a ouvert et assisté aux travaux de validation qui s’achèvent ce mardi. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category