Cinéma : Willy Zogo, de passion et d’action

L’acteur camerounais est aujourd’hui l’un des représentants africains les plus en vue du cinéma d’action de Hollywood.

Films de gros bras. Willy Zogo n’apprécie pas vraiment l’expression. Elle est réductrice, selon lui, de tous les efforts fournis par les acteurs, réalisateurs, scénaristes, entre autres, évoluant dans le cinéma d’action. Ce type de films – qui n’appellent pas de répliques profondes, mais se basent essentiellement sur la quête de l’adrénaline – essuient de nombreuses critiques, mais paradoxalement rencontrent des millions d’inconditionnels à travers le monde. Willy Zogo, lui, en est un fervent défenseur, lui qui a décidé d’en faire sa branche, même si finalement, c’est plutôt l’industrie du cinéma d’action qui l’a choisi. Cet acteur camerounais aux mensurations impressionnantes qui était censé devenir un pro du basket-ball, va conquérir les plateaux de tournage au lieu des parquets.

Son histoire en elle-même est digne d’un scénario hollywoodien. Un pote qui va en accompagner un autre à une audition, et c’est lui qui se fait remarquer… 13 ans plus tard, le voilà, à partager l’affiche aux côtés d’icônes de blockbusters d’action comme Michael Madsen, Jason Statham, Mark Dacascos ou Woody Harrelson. En séjour au Cameroun pour retrouver ses proches, Willy Zogo a marqué un arrêt à CT, question d’échanger sur un bout de son parcours inattendu et parsemé de rencontres incroyables. Il s’épanche sur sa conquête progressive du graal Hollywood et sur ses envies de films dramatiques, de romantisme, de théâtre, bref de faire autre chose que de l’action. Il n’oublie pas non plus de parler de son étonnante célébrité dans le 7e art en Asie, ce continent où les cinéastes de Thaïlande, de Corée, de Chine et d’Inde l’ont adopté comme l’un des leurs.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category