Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

International

Guinée Bissau : Umaro Sissoco Embalo, président

L’ancien Premier ministre déclaré élu mercredi par la Commission nationale électorale

Sur les antennes d’une chaîne de télévision sénégalise, les premiers mots du nouveau président de la République étaient pour enterrer le conflit entre lui et son voisin Alpha Condé qu’il a soupçonné d’agir dans l’ombre pour l’éloigner du fauteuil présidentiel. «Maintenant que nous sommes des homologues,… nous sommes obligés d'oublier tout et de marcher ensemble … Dès lors que les Bissau-Guinéens m'ont élu, les attaques entre lui et moi, c'est fini ». Tels sont les propos du président de la République de Guinée-Bissau, après les résultats du deuxième tour proclamés mercredi dernier par le président de la Commission nationale électorale, José Pedro Sambu. M.

Embalo a été élu avec 53, 55% des voix devant son rival Domingos Simoes Pereira, qui a eu 46,45% des suffrages exprimés. Les deux candidats sont tous deux des ex-Premiers ministres sous le président sortant, José Maro Vaz. Le vainqueur, Umaro Sissoco Embalo, 47 ans, Général de brigade de réserve, ancien Premier ministre (novembre 2016- janvier 2018), est le vice-président du Mouvement pour l’alternative démocratique (Madem), un parti fondé par des dissidents du PAIGC, le parti qui avait conduit l’ancienne colonie portugaise à l’Indépendance en 1974 et a dominé la vie politique depuis lors.

Au premier tour, Domingos Simoes Pereira, le perdant avait pourtant une bonne longueur d’avance sur le président élu avec 40,1% de suffrage contre 27,7%. Tout s’est joué au second tour sur les reports de voix. Umaro Sissoco Embalo a reçu le soutien de Nuno Gomes Nabiam arrivé en 3e position, ainsi que celui du président sortant José Mario Vaz arrivé en 4e position avec 12,4% des suffrages.

Ce premier jour de l’an où Umaro Sissoko Embalo est proclamé président de la Répubique est également le début d’une nouvelle ère pour la Guinée- Bissau. Dans son discours de fin d’année, le président sortant, José Mario Vaz (élu en 2014), a reconnu qu’en 46 ans d’indépendance, il est le premier chef d’Etat Bissau guinéen a terminer son mandat sans être destitué ou assassiné. Pays lusophone et ancienne colonie portugaise indépendante en 1974, la Guinée Bissau a connu quatre coups d'Etat et 16 tentatives de putsch.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps