Cinéma : tête-à-tête avec Rahmatou Keïta

La réalisatrice et journaliste nigérienne était récemment au Cameroun pour partager sa riche expérience.

Cinéastes et cinéphiles camerounais ont communié du 24 novembre au 1er décembre dernier avec une professionnelle de marque du 7e art. Pour la première fois au pays de Jean Dikongue Pipa, à la faveur de la Semaine internationale du premier film, la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta, auteure du film « Zin'naarîya » sélectionné aux Oscars 2019 a partagé sa longue et riche expérience avec ses pairs d’ici. Ceci, avant de repartir avec deux distinctions en poche : celles de la meilleure réalisatrice de fiction et de la meilleure image du festival Yarha 2019. Des distinctions qui s’ajoutent à sa longue liste de récompenses déjà glanées de par le monde.
Et pourtant, cette sahélienne née en 1957 au Niger n’envisageait pas de faire carrière dans le cinéma. Descendante de la plus ancienne dynastie du Sahel, celle de l’empereur Soundjata Keïta, Rahmatou Keïta poursuivait ses études en philosophie et linguistique à Paris avant que le destin n’en décide autrement. Avant d’embrasser le 7e art, elle s’est révélée au monde sous les casquettes de journaliste et présentatrice-télé. Elle sera alors la première femme journaliste noire à paraître sur les écrans de télévision français, notamment sur la chaîne Antenne 2. C’est en 1993 qu’elle décide de se consacrer à sa première passion : le cinéma. Elle réalise par la suite de nombreux courts métrages et crée avec des amies, « Sonrhay Empire Productions » afin de « produire des films hors des sentiers battus ». Cette sahélienne devient une des femmes les plus en vue du cinéma africain, avec son premier long-métrage, « Al’lèèssi... une actrice africaine », premier documentaire africain en sélection officielle au festival de Cannes en 2005. Militante engagée pour l’Afrique, Rahmatou Keïta est membre fondatrice de l’Association panafricaine de culture (ASPAC) et fait partie des 82 femmes ayant monté les marches du tapis rouge au festival de Cannes en 2018 avec le collectif 50/50. Ct est allé à la rencontre de cette cinéaste de talent.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category