Attaque de Chinégodar : des chefs d’état-major nigériens limogés

La décision a été prise lundi dernier lors d’un conseil extraordinaire des ministres présidé par le président Mohamadou Issoufou.

Le général Ahmed Mohamed, chef d’état-major des armées au Niger et le général Sidikou Issa, chef d’état-major de l’armée de terre ont été limogés lundi dernier au lendemain de la confirmation du lourd bilan de 89 soldats tués lors de l’attaque du camp de Chinégodar, le 09 janvier dernier. Ces officiers généraux ont été remplacés respectivement par le général de division Salifou Modi et le général de brigade Seidou Bagué. La décision a été prise lors du conseil extraordinaire des ministres tenu juste avant le départ du président nigérien Mahamadou Issoufou pour le sommet de Pau (sud de la France). Rendez-vous qui a réuni lundi dernier autour du président Emmanuel Macron, les chefs d’Etat du G-5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) autour de la lutte contre jihadisme dans la zone. L'inspecteur général des armées et le secrétaire général du ministère de la Défense ont également perdu leurs postes.
L’attaque de Chinégodar est la plus meurtrière subie par l’armée nigérienne depuis le regain des attaques jihadistes en 2015. Elle survient un mois après celle d’Inates, dans la même région de Tillabéri, frontalière du Mali, qui avait couté la vie à 71 soldats. Les populations semblent traumatisées et soupçonnent des légèretés dans la veille, de la part de certains responsables dans l’armée, en charge de la lutte contre le terrorisme. Selon l’ONU, les attaques djihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4 000 morts en 2019.
« Ce geste est censé montrer notre réactivité après ce qui s’est passé », a expliqué à un confrère, conseiller à la présidence du Niger. Ces changements vont apporter « un nouveau souffle et aussi renforcer le moral des troupes », a ajouté une source sécuritaire. Mais il est évident qu’il faudra plus qu’un changement d’hommes pour gagner la guerre contre les djihadistes, a commenté un ex-ministre nigérien. Toutefois, l’heure est venue de tester une nouvelle approche. Le nouveau patron des armées nigériennes, le général Salifou Modi, a 57 ans. Sa relative jeunesse est un atout qu’il devra mettre au service de l’opérationnalisation des résolutions prises à Pau, par les chefs d’Etat français et du G5 Sahel. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category