Economie

Axe Garoua-Ngaoundéré : ça roule mieux

Depuis la reprise des travaux de réhabilitation, les usagers retrouvent un certain confort sur ce tronçon de la Nationale n°1.

La circulation s’améliore sur une bonne partie du corridor de la nationale N°1 entre Garoua et Ngaoundéré. Depuis que les travaux d’élimination des nids de poule ont repris sur cet axe sensible, les langues se délient pour encourager les pouvoirs publics à accélérer les travaux. Le ministre des Travaux publics, maître d’ouvrage, a instruit récemment ses collaborateurs locaux de mettre la pression sur l’entreprise en charge de ces travaux. L’ordre de démarrage des travaux a été donné le 31 janvier 2017. Deux ans après, l’on avait observé une sorte de stagnation. Un ralentissement qui serait dû, selon l’entreprise adjudicataire, à l’indisponibilité des intrants nécessaires pour la facilitation de l’entretien routier.

Mais depuis quelques semaines, une station de concassage de granulats a été installée à Sekandé, à une trentaine de kilomètres de Garoua. Au même moment, une station d’enrobage a commencé à livrer ses premiers produits du côté de Ouro Manda, à une vingtaine de kilomètres de Ngong. C’est cette station qui s’est donc substituée à celle de l’ExtrêmeNord, où était produit jusque-là les intrants nécessaires pour les travaux de la route Garoua-Ngaoundéré. Sur le terrain, ces travaux sont diversement appré- ciés par les usagers de la route. Youssaou Amadou, un chauffeur de bus rencontré sur cette route reconnaît le changement qui est en train de s’opérer sous ses yeux : « Avant, il nous fallait huit à neuf heures pour rallier Ngaoundéré en venant de Garoua et viceversa, mais aujourd’hui, nous parcourons cette distance de 252 Km en moins de cinq heures », En effet, selon le délégué régional des Travaux publics pour le Nord, Alphonse Danwe, les travaux actuels sont des divers ordres. Il s’agit, entre autres du « fraisage des sections au revêtement dé- gradé et la pose d’une nouvelle couche d’enrobé ; du renouvellement des couches de chaussée en grave concassé, du léchage en béton bitumeux des sections au revêtement légèrement détérioré, la réparation et du rechargement des accotements en grave latéritique suivie d’un revêtement en enduit bicouche, du traitement des nids de poule, de l’entretien et de la réparation des ponts, buses et dalots, la signalisation et la remise à niveau des équipements de sécurité ». L’avancement des travaux est estimé à 60% et la consommation des délais est de 95,37%. Rendu à ce jour. Certaines sections de route sont déjà en bon état de circulation, à l’instar du tronçon allant de la localité de Mayo-Mbocki au péage de Djéfatou et de la voie de contournement de la ville de Garoua, soit un linéaire cumulé de 75 km. Cependant, les tronçons entre le péage de Djefatou et l’entrée de la ville de Garoua, et celui au niveau de la sortie de la falaise de Ngaoundéré à la localité de Mbé demeurent très dégradés. D’où la mise en demeure notifiée par le Maître d’ouvrage à l’entreprise Sotcocog il y a un an environ afin d’accélérer les travaux.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps