Yaoundé : la sensibilisation de proximité s’intensifie

Le Minjec a effectué une descente hier dans trois arrondissements de la ville pour sensibiliser les populations. Des kits de protections ont été remis aux médiateurs.

L’heure n’est plus à la rigolade. La guerre lancée contre le Covid-19 est montée d’un cran hier à Yaoundé. Résolu à participer à la rupture de la chaîne de propagation de ce virus pernicieux, le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec) a décidé de passer à la vitesse supérieure. A savoir : intensifier la sensibilisation de proximité. Aller auprès des populations pour les conscientiser sur la nécessité de barrer la voie à ce tueur international qui continue de faire des malades au Cameroun. Armé de tout un arsenal de protection, Mounouna Foutsou a sillonné les coins et recoins de certains quartiers de la capitale. Chasuble tricolore des équipes mobiles d’animation populaire, urbaines et rurales (Emapur) sur le torse et mégaphone entre les mains, le Minjec a su captiver une foule immense à chacun de ses passages. « Nous sommes ici pour la riposte gouvernementale contre la contamination et la propagation du Coronavirus et en même temps présenter ces équipes mobiles d’animation populaire, urbaines et rurales. Celles-ci vont sillonner les villages et les quartiers pour vous donner les consignes édictées par le gouvernement, l’Oms et surtout vous inviter au civisme », a-t-il déclaré face à une foule noire au carrefour Simbock. 
A ceux qui refusent toujours d’adopter les mesures barrières contre ce tueur international, Mounouna Foutsou s’est voulu clair. « Les contrevenants seront dénoncés et sanctionnés. Nos équipes qui disposent de numéros de téléphones vont les dénoncer auprès des autorités administratives, des forces de défense et de sécurité. Ceci, afin que les auteurs des actes inciviques soient punis conformément à nos lois et règlements. Accueillez ces équipes et suivez leurs consignes », a exhorté le Minjec. Dans cette éducation de masse, le ministre était secondé dans la caravane de sensibilisation et de prévention par des humoristes de renom qui distillaient des messages attractifs via des mégaphones. 
Dans les différentes chefferies (Simbock, Messa Ekorozock, Tsinga village et marché) où le Minjec a marqué un arrêt, il en a profité pour remettre des kits de sensibilisation (mégaphones, flyers et affichettes) et de protection (gels hydro-alcooliques et masques  aux différents acteurs déployés sur le terrain. Il s’agit des Emapur, des médiateurs communautaires, des mouvements et associations de jeunesse. Ils sont encadrés dans leurs tâches par des autorités traditionnelles et municipales.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category