Covid-19 : les artistes rappliquent sur la Toile

Le confinement, qu’il soit complet ou partiel, pousse musiciens et autres à se lancer dans des spectacles-live en ligne.

L’expression : « Si vous ne venez pas à l’art, l’art viendra à vous ! » n’a jamais revêtue autant de sens, qu’en cette période de pandémie mondiale. Les mesures prises sur le plan national pour engager la riposte, impliquent l’absence de regroupements et la non-organisation de manifestations. A l’image de nombreux secteurs, la culture paye un lourd tribut, les salles de spectacles étant fermées depuis plusieurs semaines. Alors, à la guerre comme à la guerre, les artistes s’adaptent. La technologie appelée au secours, vient combler de nombreux couloirs. Qu’ils soient musiciens, humoristes, danseurs, entre autres, les créateurs s’accaparent la Toile pour des shows intimistes, sans fioritures dans la présentation et le décor, mais avec pour objectif principal d’être vus par des millions d’internautes. Ces spectateurs d’un nouveau genre, devant leurs écrans d’ordinateurs ou de smartphones, vivent un peu moins mal le fait d’être enfermés. La jeune génération d’artistes camerounais, abonnés aux webséries et autres mots ayant pour préfixe « e-», s’engouffrent dans ce plan B avec aisance. 
Lydol la slameuse a proposé le 27 mars dernier son concept baptisé « Live Home Acoustic slam ». Le concert diffusé sur ses comptes Facebook et Instagram a permis de partager un moment slam avec toutes ces personnes qui ne peuvent pas se déplacer du fait des restrictions sanitaires mises sur pied par le gouvernement. « On a fait aller le slam à la rencontre des internautes, du moins de ceux qui nous écoutaient ce soir-là. Avec Cysoul en guest-star, nous avons joué une dizaine de chansons tirées notamment de mon album « Slamthérapie ». Nous espérons recommencer bientôt l’expérience », a déclaré Lydol. Sous d’autres cieux, les artistes saisissent également la perche tendue par les nouvelles technologies. Les Français Jean-Jacques Goldman, Calogero, Vanessa Paradis et Jane Birkin, ou les Américains Chris Brown et HER, se servent d’Internet pour créer des singles et des opus, puis les mettent à la disposition des publics. Pour les artistes, le confinement semble propice à la réflexion, à la générosité et à la création.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category