Droit d’auteur : des membres de la Sonacam chez le Minac

Le 3 juin dernier, le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt, a reçu en audience une délégation de la Société nationale camerounaise de l’art musical

Une visite aux contours explicatifs. C’est ainsi que peut être qualifiée l’audience accordée par le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt,  à une délégation de la Société nationale camerounaise de l’art musical (Sonacam) le 3 juin dernier à Yaoundé. Conduits par Sam Fan Thomas, président du Conseil d’administration de la Sonacam, Nkotti François, Adeline Mbenkum, Misse Ngoh, Isnebo, Dynastie le Tigre et Princesse Mary-Christ, sont venus éclaircir un certain nombre de points avec le patron de la Culture.

Avec le Minac, ils ont échangé sur la période difficile que les artistes traversent en ce moment, notamment à cause de la crise sanitaire due à la Covid- 19, mais pas uniquement. La dernière répartition du droit d’auteur dans ce secteur particulier de l’art musical, en décembre dernier, ayant provoqué quelques agitations (certains musiciens ont perçu une somme de 25.000 F), les artistes reçus par le Minac ont formulé le désir que soit effectué le partage inter-social des fonds disponibles dans le compte d’affectation spéciale, après le paiement par la Crtv de 350 millions.

Continuant à s’entretenir sur les questions de perception des droits d’auteur, ils ont noté que le partage égalitaire préalablement appliqué serait, d’après eux, « source d’injustices », tout en précisant que la Sonacam compte plus de 3.000 membres. Ils ont réclamé une décentralisation de la gestion et que celle-ci soit confiée aux différents organismes, sans toutefois totalement écarter la Commission de contrôle à laquelle ils suggèrent de reverser des commissions et à qui ils rendraient compte de leur gestion. Sur ce domaine précis, il a été entendu que le travail de la Commission de contrôle des organismes de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins est en constante évolution, et que des textes juridiques existent déjà en rapport à la réforme du droit d’auteur au Cameroun, malgré quelques problèmes d’interprétation. La recherche constante de l’amélioration des conditions de vie des artistes est une préoccupation de premier ordre pour le Minac et l’Etat. Le ministre Bidoung Mkpatt, entouré de ses collaborateurs, a écouté et noté les doléances des artistes. Tous ont convenu de leur rôle d’encadreurs et d’appui à leurs pairs, afin de trouver tous ensemble des solutions à leurs difficultés. Le Minac a recommandé à ses invités de faire preuve de beaucoup plus de solidarité, « en optant pour une formule qui puisse permettre d’aider les autres. » Le Minac a cependant rappelé que face à la pandémie de Covid-19, les artistes ont un rôle primordial à jouer. D’après le Minac, « ce sont des aiguilleurs de conscience, des acteurs de ressourcement et de réconfort permettant aux autres de se réajuster ». Toutes choses que Sam Fan Thomas et la délégation d’artistes qu’il conduisait ont assimilées.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category