Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

International

Cour pénal internationale : Laurent Gbagbo et Blé Goudé de nouveau devant la barre

Sur appel de la procureure, une audience s’est ouverte hier à la Haye contre l’acquisition des deux Ivoiriens.

C’est devant la chambre d’appel de la Cour pénale internationale de la Haye que comparaissent depuis hier Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. L’audience examinera jusqu’à demain mercredi, les observations sur l’appel demandé par la procureure Fatou Bensouda contre l’acquittement prononcé en fin janvier 2019 en faveur de l’ex-président ivoirien et de son ancien ministre de la Jeunesse. Un an et demi après leur acquittement, c’est une nouvelle phase du même dossier. En première instance, la procureure avait présenté 82 témoins à charge, pour évoquer le rôle des deux accusés dans la crise qui avait plongé la Côte d’Ivoire dans le sang après la présidentielle de 2010. Les juges avaient qualifié les preuves d’une « faiblesse exceptionnelle » et la procureure avait interjeté appel. 
L’enjeu des auditions ouvertes hier est de « voir si on peut vraiment valider cet acquittement ou s’il faut refaire le procès…», explique Fadi Abdallah, le porte-parole de la CPI. En fait, Fatou Bensouda ne s’attaque pas au fond de l’affaire, mais à la forme, relève Thijs Bouwknetgt, un spécialiste de la justice internationale cité par un confrère. La procureure estime que des vices de procédure ont été commis au moment du prononcé de la décision d’acquittement. En effet, les juges de la chambre de première instance avaient rendu leur décision à l’oral et fourni un mémoire écrit seulement des mois plus tard. La procureure soutient même qu’il y a eu une mauvaise évaluation des preuves présentées. Ce qui fonde sa demande d’invalidation du procès et l’annulation de l’acquittement.
A l’état actuel, soit la chambre d’appel confirme l’acquittement, alors le dossier Gbagbo/Goudé serait refermé et les deux personnalités seraient libérées, sans conditions. Dans ce scénario, les deux accusés pourraient éventuellement réclamer réparation. Si au contraire, les magistrats se prononcent en faveur de la procureure et décident d’un non-lieu, Fatou Bensouda devra alors dire quelles suites elle donner au dossier. Soit elle laissera l’affaire en l’état, et les deux personnalités seront totalement libérées, mais avec le risque d’être de nouveau poursuivie à la Haye ou ailleurs pour les mêmes faits. Soit, la procureure obtient de nouvelles preuves et demander un nouveau procès. Ici, d’autres interrogations surgiront au sujet des accusés aujourd’hui libérés sous conditions : Seront-ils incarcérés de nouveau ? Assignés à résidence ? Comparaîtront-ils libres ? Voilà tout ce qui rend l’audience de ces trois-jours palpitante.  Le procès Gbagbo/Goudé a été ouvert, il y a 10 ans. Ils sont poursuivis pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps