International

Proposition de la CEDEAO : l’opposition malienne dit non

Le départ d’Ibrahim Boubacar Keita toujours réclamé par le mouvement de contestation, avec une forte probabilité de reprise des manifestations populaires.

Lundi dernier, au terme du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEDEAO, six ministres ont été nommés pour négocier un gouvernement d’union nationale devant intégrer les membres du M5-RFP, le mouvement qui mène les contestations et ceux de la société civile.  Il est coiffé par l’actuel Premier ministre, Boubou Cissé. C’était la première mise en exécution d’un volet des recommandations issues des travaux des chefs d’Etats réunis par visioconférence lundi dernier. Sauf que l’opposition a rejeté tout en bloc. Dans un communiqué du M5-RFP, signé par un de ses dirigeants, Choguel Maïga et publié hier après-midi, elle motive son rejet en soutenant que les propositions ne « correspondent en rien aux espoirs et aux aspirations du peuple malien, et de plus, elles violent les lois et la Constitution du Mali que le Mouvement respecte ». Le M5-RFP reste figé sur sa position : la démission du président de la République Ibrahim Boubacar Keita.
Le communiqué de l’opposition réitère la « détermination à poursuivre le combat pour sauver le Mali… ». Cependant certains de ses membres se montrent plus conciliants et affirment sous cape que si des portefeuilles ministériels importants leur étaient confiés, ils mettraient de l’eau dans leur vin. 
Toutefois, le cabinet restreint continue ses tractations. Il est composé de quatre civils et deux militaires. La diplomatie a été confiée à Tiébilé Dramé tandis que le général Ibrahima Dahirou Dembélé gère la Défense. Ces deux personnalités ont fait partie du gouvernement précédent. Elles avaient rendu leurs tabliers après les législatives contestées de mars-avril derniers. Abdoulaye Daffé est ministre de l’Economie et des Finances. On dit de lui qu’il est proche du chérif de Nioro, mentor de l’imam Mahmoud Dicko, tête de file de la contestation. Le portefeuille de l’Administration territoriale est confié à Boubacar Alpha Bah. Le général Bamba Moussa Keita est ministre de la Sécurité et de la Protection civile tandis que Kassoum Tapo est ministre de la Justice. Le cabinet a jusqu’à vendredi prochain pour proposer le gouvernement d’union nationale. Cela suppose qu’il réussisse à concilier les parties. Outre le gouvernement d’union nationale, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont préconisé, entre autres, la déchéance avec effet immédiat des 31 députés dont l’élection était contestée ainsi que la recomposition de la Cour constitutionnelle  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps