Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Culture

Coumba Gawlo : un rayon de soleil dans la grisaille

En ce temps de morosité dans le ciel artistique, la diva sénégalaise à la voix d’or décide d’apporter un peu de chaleur. Coumba Gawlo a réuni 10 artistes africains parmi lesquels la Camerounaise Daphné, l’Ivoirien Serge Beynaud, ou les Maliens Sidiki Diabate et Fatoumata Diawara, autour du single « Le cri du silence ».

Dans cette production de cinq minutes, ce collectif rassemblé par l’icône sénégalaise, se ligue contre la Covid-19 et les violences faites aux femmes et aux filles en cette période délicate. Car dans plusieurs pays, confinement a plusieurs fois rimé avec abus physiques et psychologiques. Relier Coumba Gawlo à ce concept engagé n’a rien d’étonnant. L’artiste est un visage-phare des combats contre la pauvreté, la souffrance sous toutes les formes. Ambassadrice pour différentes agences de l’Organisation des nations unies, Coumba Gawlo a associé sa défense des droits de l’Homme à celle du patrimoine culturel africain.

Dans un entretien avec CT, elle revient sur ses combats, mais avec elle, on aura surtout parlé de sa riche carrière débuté sur les traces de sa mère griotte à l’âge de 7 ans, et qui l’aura menée sur les scènes les plus prestigieuses du monde depuis « Yo Male », album à succès composé en 1998 avec Patrick Bruel. Sans oublier les collaborations avec les plus grands comme Manu Dibango, ses origines et ses devoirs de « gawlo », qui peut signifier griotte en pulaar, sa langue maternelle .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps