Culture

Loi sur les associations culturelles : la campagne d’explication se poursuit

Dans la continuité de l’appréciation du décret présidentiel du 20 juillet dernier, le ministre Bidoung Mkpatt a reçu les coordonnateurs de trois pôles artistiques mardi et mercredi dernier.

Le ballet des pôles artistiques se poursuit au ministère des Arts et de la Culture (Minac), dans le but de s’entretenir au sujet du décret présidentiel du 20 juillet 2020, portant promulgation de la toute nouvelle loi sur les associations culturelles et artistiques. Les 29 et 30 juillet derniers, c’était au tour des coordonnateurs des pôles des professionnels du livre, de la photographie d’art, et de l’artisanat et du design d’être reçus en audience par le ministre Bidoung Mkpatt. Contents de la nouvelle loi, les bénéficiaires n’ont pas voulu rester indifférents face à cet acte du président Paul Biya. En guise de remerciements, ils ont à tour de rôle remis des motions de soutien au Minac adressées au président de la République. A en croire Fabrice Ngon, coordonnateur national du pôle photographie d’art, cette nouvelle loi est une grande opportunité et une large autonomie pour les artistes de ce secteur précis. « Dans chaque partie de notre pays, il y a d’énormes potentialités tant sur les plans culturel, économique que social. La photographie peut être utilisée comme documentation pour archiver notre patrimoine artistique et culturel. Il y a tellement à faire et si nous ne sommes pas regroupés, nous ne pouvons pas émerger », a confié le Coordonnateur. 
Très fier de la promulgation de cette loi, Adalbert Ngouloure Mouliom du pôle artisanat et design a pris l’engagement de tout faire pour mériter cette confiance que le chef de l’Etat vient de placer en les artistes. Car dans ce secteur très diversifié et complexe, il sera avant tout primordial de faire reconnaître les valeurs de l’artisan qui, malgré tous les risques, sculpte et fait de la fonderie. « C’est l’occasion pour nous d’être solidaires et de se dire la vérité, parce qu’ensemble nous pouvons réaliser beaucoup de choses. Et le chef de l’Etat vient de rendre réel ce que nous attendions depuis et nous devons tout faire pour mériter cette confiance placée en nous », a précisé Adalbert Ngouloure Mouliom. Toujours dans la même veine, le coordonnateur national du pôle des professionnels du livre, Daniel Nadjiber a salué cette loi qui vient donner de l’oxygène au secteur du livre au Cameroun. Car avant cette loi, il existait des associations des professionnels du livre qui fonctionnaient en rangs dispersés. « Cette loi vient maintenant fédérer les différentes associations. Ce qui nous permet de travailler en synergie pour que l’industrie du livre au Cameroun puisse aller de l’avant », a conclu Daniel 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps