Culture

Associations artistiques et culturelles : la loi expliquée à Douala

C’était à l’occasion d’un atelier d’appropriation organisé le 7 août dernier par la délégation régionale des Arts et de la Culture du Littoral.

La délégation régionale des Arts et de la Culture, sous la houlette de Dr François Edimo, a organisé le 7 août dernier un atelier d’appropriation de la loi n° 2020/011 du 20 juillet 2020 régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun. Loi votée lors de la dernière session de l’Assemblée nationale, en juin 2020, mais sujette pour partie à contestation par une certaine frange du milieu des associations artistiques et culturelles. Il était donc nécessaire de leur expliquer tous les avantages qu’ils ont à tirer de la nouvelle loi. Pour François Edimo, la culture occupe et occupera toujours dans les politiques publiques au Cameroun, une place centrale. « Ciment de l’unité nationale » selon l’expression du président Paul Biya, outil du rayonnement international de l’image de notre pays, c’est dire si le gouvernement est conscient des enjeux ayant trait au milieu artistique et culturel. D’où sa volonté de toujours rechercher les voies et moyens pour l'amélioration de la condition de nos artistes.
Cette loi, pour François Edimo, concourt à tout cela. Elle vise à encadrer le fonctionnement des associations artistiques et culturelles qui sont investies des missions de promotion de l’esprit de créativité de ses membres, de diffusion et de pérennisation de notre patrimoine culturel et artistique. Il est désormais question pour les hommes de culture d’opérer une mutation en rompant avec les initiatives individualistes pour des entreprises et associations collectives solidaires, socle de véritables industries artistiques et culturelles camerounaises. Avec en prime, une liberté de gestion leur donnant l’opportunité de nouer des partenariats à l’international et de signer des contrats de sponsoring. Ce qui n'a pas souvent été le cas par le passé.
Des échanges courtois et francs ont suivi. Précédés de trois exposés sur « Le chemin vers les fédérations artistiques et culturelles », « De l’autorisation et de l’agrément des associations artistiques et culturelles » et « Le fonctionnement des associations artistiques et culturelles », présentés respectivement par Sabine Bowong, Tagne Alimatou et Rodrigue Onguéné. Lesquels ont permis à François Edimo et à ses collaborateurs d’éclairer les zones d’ombre, lever les ambiguïtés, dissiper doutes et peurs. Bref, d’édifier les artistes et hommes de culture qui ont saisi l’occasion pour adresser une motion de soutien, de remerciement et de déférence au président Paul Biya. A eux maintenant de se saisir de cette nouvelle loi pour passer un cap et voguer définitivement vers la modernité.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps