International

11 morts dans un attentat en Somalie : vive condamnation de la communauté internationale

L’attaque a eu lieu dimanche dernier dans un hôtel à Mogadiscio. Elle est revendiquée par les djihadistes shebab.

Dix civils et un policier sont les victimes d’une attaque meurtrière qui a eu lieu dimanche dernier dans un établissement hôtelier fréquenté par les hautes personnalités. Cinq djihadistes s’y sont infiltrés en début de soirée et ont causé leur forfait. L’attaque a débuté par l’explosion d’une voiture piégée avant que les assaillants n’investissent l’hôtel, situé au bord de l’Océan indien où des coups de feu ont été entendus. Trois parmi eux ont été tués, un lors de l’explosion et deux autres lors des échanges de tirs avec les forces de sécurité. Une trentaine de blessés sont dénombrés.
Les Shebab ont revendiqué l’attaque dans un communiqué à Site, groupe de surveillance des sites islamistes, affirmant que leurs « martyrs » avaient « pris le contrôle de l’hôtel » et qu’ils avaient infligé « de lourdes pertes » aux personnes qui y étaient présentes. Faut-il le souligner, un haut fonctionnaire y a perdu la vie. Il a fallu quatre heures aux forces de sécurité pour reprendre le contrôle de l’hôtel Elite, a indiqué Ismael Mukhtaar Omar, le porte-parole du gouvernement.
Cette attaque met un terme à une période de calme relatif qui a duré plusieurs mois après une vague d’attentats à la bombe en début d’année. En février 2019 par exemple, une attaque de près de 24 heures avait fait au moins 20 morts à Mogadiscio. 
Chassés de la capitale somalienne en 2011, les Shebab ont perdu l’essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils. Affiliés à Al-Qaida, ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20 000 hommes de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom). L’attentat est condamné par la communauté internationale.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps