Prison principale de Batouri : le réconfort de l'évêque aux détenus

Mgr Ndabnyemb a célébré l’Assomption dans cette maison d’arrêt, heureusement épargnée du coronavirus, jusqu’ici.

Du réconfort a été apporté aux détenus de la prison de Batouri, le 14 août dernier, à l'occasion de la célébration de l'Assomption par l'église catholique romaine. Une eucharistie a été organisée en faveur de cette couche sociale par Mgr Marie Marcelin Ndabnyemb, évêque de Batouri. A cette occasion, les invités parmi lesquels le préfet de la Kadey, ont découvert une prison au visage humain avec des détenus décemment habillés et propres. « Ils ne sont pas les pires des hommes. Le sort a voulu qu'ils soient là. Si la rigueur était à son extrême, nous serons tous là », a d'emblée affirmé l'évêque, dans son homélie. 


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

Depuis la survenue de la pandémie du Covid-19, les détenus de Batouri sont abandonnés par les familles qui pensent que la prison est un gros foyer de contamination. En organisant cette messe, le régisseur Laurent Narcisse Ndoh Mvienna a voulu envoyer un message aux différentes familles : le détenu n'est pas un paria, mais un homme à part entière qui a des droits et des devoirs. Jusqu'à date, cette maison d'arrêt qui compte 114 détenus dont 30 mineurs et 14 femmes n'a enregistré aucun cas confirmé de coronavirus. Occasion de rendre grâce à l'Éternel pour la santé, l'harmonie et la concorde au sein de cette institution pénitentiaire. « Dieu n'a pas créé l'homme pour qu'il tombe, mais nous subissons la tombe de notre choix. Dans l'Assomption de la vierge Marie, nous vivons ce que Dieu veut de l'homme. Le chef de L'État, dans son action de remise de peine, a aidé cette prison qui est aujourd'hui vivable », a rappelé Mgr Ndabnyemb. Le détenu Aloma, au nom de tous ses camarades, a salué les efforts sanitaires et l'amélioration des conditions de vie dont ils bénéficient. Deux salles ont été en effet construites, réservées aux malades et aux mineurs. Les défis qui restent à relever ici, c'est l'équipement des ateliers et la fourniture des médicaments aux malades. L'évêque de Batouri a promis quelques cartons de médicaments et un malade souffrant de hernie étranglée a été immédiatement pris en charge par les structures sanitaires du diocèse de Batouri.


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category