Foumban : un meurtre vire à l’émeute

Aminatou Ndassa Mounden, 61 ans, a été assassinée lundi dernier par trois bandits. L’un des suspects a été lynché par une foule en furie.

Scène de violence lundi dernier à Foumban (département du Noun), à la suite de l’assassinat d’une dame, nommée Aminatou Ndassa Mounden, née le 02 juillet 1959. Celle qui était vendeuse de bijoux, et de sous-vêtements féminins devant la mosquée centrale de Foumban se rendait au marché de Bangourain lorsqu’elle a été surprise par trois agresseurs au lieu-dit « Beau regard » à Foumban, non loin de la mission catholique. Lors de son agression, elle aurait reconnu l’un de ses bourreaux, fils d’un notable, et a marqué sa surprise. L’agresseur ainsi identifié a eu recours à une arme blanche pour blesser mortellement Aminatou à la gorge, au dos et au thorax. La victime rendra l’âme à l’hôpital de la mission catholique après avoir abondamment saigné. Des vigiles ayant vécu la scène ont alerté des conducteurs de mototaxi qui se sont lancés à la poursuite des trois agresseurs en fuite sur une moto. 
L’un d’eux a été rattrapé et lynché par la foule en furie. Le deuxième agresseur dénoncé par son compère a eu la vie sauve grâce à l’intervention du commissaire de sécurité publique de Foumban, Yabéa, qui a été blessé légèrement par la foule exigeant la mise à mort de ce suspect. Il faudra un peu plus de deux heures aux forces de maintien de l’ordre et la descente des éléments du Bataillon des troupes aéroportées de Koutaba (Btap) pour ramener le calme dans la ville. Le troisième agresseur, lui, est toujours recherché. Le maire de Foumban, Patricia Tomaino Ndam Njoya s’est rendu sur les tombes des deux décédés et a apporté du réconfort aux deux familles éplorées. Elle s’est également insurgé contre la vindicte populaire et a réaffirmé la nécessité pour les populations de collaborer avec les forces de l’ordre pour que seule la loi prévale. L’enquête ouverte se poursuit.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category