Etablissement des actes d’état civil : la course contre la montre

A quatre mois de la clôture des registres d’état civil, le Bunec multiplie les actions pour améliorer le taux d’enregistrement.

Mercredi 12 août matin, au centre d’état civil secondaire de Wakwa dans l’arrondissement de Ngaoundéré 1er, quelques usagers sont installés dans la salle d’accueil et attendent d’être servis. Satou Elisabeth, âgée de 49 ans, résidente au quartier Mammar situé à cinq kilomètres de là, vient de récupérer l’acte de naissance de sa fille Inna. Elle vient à peine de voir le jour. « J’étais ici, il y a une semaine. Je reviens cette fois-ci récupérer l’acte de naissance de ma fille. Et j’ai été bien accueillie par les agents de cette mairie », affirme notre interlocutrice. A côté d’elle, Mathieu Longo-Ossé, âgé de 60 ans, cultivateur qui a abandonné ses travaux champêtres de la journée, pour faire établir l’acte de naissance  de  son  petit-fils. « C’est toujours en ces lieux que je viens toujours enregistrer les naissances de mes petits-enfants. Cette fois-ci, je suis là pour le troisième », confie le sexagénaire. Telle est l’ambiance qui règne dans les centres d’état civil dans la région de l’Adamaoua que nous avons parcourus, ces derniers jours. Malgré le contexte actuel marqué par le Covid 19, les opérations d’enregistrement des faits d’état civil se poursuivent sur le terrain malgré une timidité. « Nous enregistrons une baisse d’affluence parce qu’il faut respecter les mesures barrières. Mais, cela ne nous empêche pas de continuer à faire notre travail », explique Ousmanou Nana, officier d’état civil de Wakwa. 
Lors de la célébration de la 3e Journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil, il y a quelques jours, les responsables de l’Agence régionale du Bureau national de l’état civil de l’Adamaoua (Bunec) ont visité quelques centres d’état civil pour s’enquérir de la situation.  Notamment voir si le cap fixé sera atteint en 2020. Il faut souligner que cette agence régionale a projeté enregistré 50 000  faits d’état civil dans la région. « Le contexte actuel a ralenti notre objectif. Nous comptions atteindre ces chiffres grâce à l’appui sectoriel. A ce jour, nous avons reçu l’appui des partenaires au développement, du lamidat, du Minproff, du 5e Bir, de  l’Association des délégués de la région de l’Adamaoua entre autres », a précisé Roger Charles Atangana, chef d’agence régionale du Bunec pour l’Adamaoua. D’après l’agence régionale de l’Institut national de la statistique, 70 000 faits d’état civil ont été enregistrés dans la région de l’Adamaoua  depuis sa création en 2018. Et les chiffres estimatifs montrent que près de 90 000 individus vivent toujours sans acte de naissance dans cette partie du Cameroun. Un défi qu’il faut relever malgré le Covid 19.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category