Régions

Hôpital de district de Bonassama : l’Unicef relance les vaccinations

Avec en invité spécial, son tout nouvel ambassadeur national de bonne volonté, l’artiste Stanley Enow.

La cérémonie de relance de la vaccination qui a eu lieu mercredi 19 août à l’hôpital de district de Bonassama, sous l’égide de l’Unicef conduit par son représentant résident au Cameroun, Jacques Boyer, a mobilisé du monde. De nombreuses mères venues faire vacciner leurs enfants, mais aussi le personnel de cette formation sanitaire dirigée par le Dr Sandrine Mvé, heureux d’accueillir le nouvel ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef, Stanley Enow. Lequel a pris, pour la circonstance, la pleine mesure de sa popularité à Bonassama.
A l’aune de la pandémie du coronavirus, la vaccination des enfants a pris un coup ces derniers mois au Cameroun en général, et dans la ville de Douala en particulier. De nombreux parents refusant de se rendre dans les formations sanitaires pour faire vacciner leurs enfants, de peur d’être contaminés. Résultat, les performances vaccinales ont connu une baisse drastique depuis le mois de mars 2020 dans la ville Douala. On est ainsi passé, selon le coordonateur national du Programme élargi de vaccination (PEV), d’une couverture vaccinale de 86% en 2019 à moins de 75% en 2020.
D’où l’initiative de l’Unicef de relancer le processus de vaccination des souches cibles, en partenariat avec le Pev et le concours de Stanley Enow. Objectif : encourager les familles et les communautés à faire vacciner leurs enfants et les sensibiliser sur l’importance de la vaccination. Occasion pour le Dr Sandrine Mvé, après l’administration des vaccins aux enfants présents, de faire le tour du propriétaire avec Stanley Enow et le représentant résident de l’Unicef, Jacques Boyer.
La conférence de presse tenue au terme de la cérémonie, dans un hôtel de la place, a donné l’occasion à Jacques Boyer d’expliquer le choix du nouvel ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef. Artiste au grand cœur, motivé et engagé pour servir et promouvoir la cause des enfants, et surtout les plus démunis. Stanley Enow, lui, tout en prenant la mesure de ce nouveau challenge aux côtés de l’Unicef, a dit toute sa détermination à s’engager résolument et à mettre à contribution sa renommée pour la promotion et le respect des enfants. Avec ce mot plein d’humilité : « C’est bien d’être une star, mais c’est encore mieux d’utiliser son statut pour venir en aide aux plus démunis et faire changer les choses ».
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps