Culture

Monuments et sites : des projets à revendre

A la tête d’une délégation, le président du Conseil national Raymond Asombang a été reçu en audience par le ministre des Arts et de la Culture le 28 août dernier à Yaoundé.

Le Cameroun vient d’être doté d’un Conseil national des monuments et sites, branche du Conseil international des monuments et des sites (Icomos). Le 28 août dernier, le tout premier bureau exécutif mis en place au Cameroun et conduit par son président Raymond Asombang, est allé se présenter au ministre des Arts et de la Culture (Minac), Bidoung Mkpatt. Ils sont venus parler de certains sujets d’envergure tels que ces candidatures déposées auprès de l’Unesco, afin que certains sites locaux soient comptés dans la liste du patrimoine mondial. Notamment le site de Bimbia, qui a un volet architectural important s’étalant sur plusieurs siècles. 
Dans ces démarches, la contribution du Conseil national des monuments et sites s’avère bénéfique pour le Cameroun. Car, l’Icomos est une association mondiale de professionnels qui se consacre à la conservation et à la protection des monuments et des sites du patrimoine culturel. « Le bureau exécutif du Conseil national des monuments et sites est pluridisciplinaire. Il a beaucoup de compétences et nous avons à cœur d’aider les autorités dans nos missions sur le plan international et national. Il y a des projets en cours qu’il faudra aller défendre à l’Unesco et toutes les compétences seront solliciter pour que le Cameroun ne perde pas ses atouts du fait de la non-présence de ses spécialistes », a confié Théophile Yimgaing Moyo, vice-président du Conseil national des monuments chargé de la coopération et des conflits. 
Pour le secrétaire général par intérim du Minac, Christophe Mbida Mindzie, l’Icomos pourrait être appelé à évaluer les sites et monuments concernés. « Nous avons donc intérêt à travailler avec ce conseil afin de pouvoir soumettre les dossiers qui ont plus de chance de passer. Le Conseil peut jouer un rôle très important dans le cadre de la valorisation et des éclairages qu’il peut donner au Minac sur les types de restaurations à faire », a expliqué Christophe Mbida Mindzie. Le ministre Bidoung Mkpatt s’est dit favorable à soutenir le bureau exécutif de ce conseil dans la conduite efficace de ses missions. 
L’Icomos est une organisation internationale non gouvernementale dont l’activité principale est de promouvoir la théorie, la méthode et la technique appliquées à la conservation, la protection et la mise en valeur des monuments. Créé en 1965, le Conseil compte plus de 8 000 membres. L’Icomos est également mentionné dans la convention du Patrimoine mondial de l’Unesco comme organe consultatif pour la mise en œuvre de la convention et agit comme conseil scientifique du Comité du Patrimoine mondial pour l'inscription des monuments et sites culturels sur la liste du Patrimoine mondial. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps