Brexit : la dernière ligne droite

Les discussions entre l’Union européenne et la Grande Bretagne reprennent ce mardi dans la perspective d’un accord avant le 15 octobre prochain.


Read also : Libya : Political Dialogue Forum Ongoing

Après plusieurs semaines de trêve, pays membres de l’Union européenne et Britanniques entament ce mardi un nouveau round des négociations sur le Brexit. Les discussions qui s’ouvrent ce jour devraient aboutir à la signature d’un accord en vue de la sortie définitive de cette dernière de l’ensemble européen d’ici avant la fin de l’année en cours. A quelques heures de la reprise des pourparlers, la pression monte dans les deux camps. Surtout que les Britanniques se montrent inflexibles et n’entendent pas accepter de compromis quitte à sortir de l’UE sans accord. «Nous n'allons pas accepter des clauses qui leur donneraient le contrôle sur notre monnaie, ou sur notre façon d'organiser les choses ici au Royaume-Uni, et ça ne devrait pas être sujet à polémique», a indiqué David Frost. Pour le négociateur britannique, il est hors des questions que la Grande Bretagne devienne « un Etat vassal » de l’UE. 


Read also : Etats-Unis : Trump menacé de destitution

De son côté, Bruxelles a invité Londres hier au strict respect de l’accord de retrait conformément au droit international. «Je fais confiance au gouvernement britannique pour mettre en œuvre l'accord de retrait, une obligation en vertu du droit international et une condition préalable à tout futur partenariat», a tweeté Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Auparavant, Michel Barnier, le négociateur européen, avait déjà indiqué qu'«il n'y aura pas d'accord commercial sans un accord durable et équilibré sur la pêche». D’après lui, «le Royaume-Uni n'a montré aucune volonté de rechercher des compromis». 


Read also : Centrafrique : des rebelles repoussés aux portes de Bangui

Après avoir quitté formellement l'Union européenne le 31 janvier 2020 à la suite du référendum historique du 23 juin 2016 marquant la fin de presque 50 ans d'appartenance à l'UE, la Grande Bretagne demeure régie par la réglementation européenne. Les deux parties tentent de négocier un accord de libre-échange. Mais, les négociations butent sur la question de l’accès des pêcheurs européens dans les eaux britanniques, restée dans l’impasse. 


Read also : Fight Against Piracy : Equatorial Guinea Solicits US Aid

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category