Société

Archidiocèse de Garaoua : un jubilé plein de promesses

Six évêques, une centaine de prêtres et des milliers de fidèles ont redessiné le visage du diocèse qui fêtait ses 65 ans.

L’image est belle et émouvante. Les prêtres sortent de l’église et s’alignent pour la photo de famille. Le lieu choisi offre un cliché saisissant. C’est le parvis de la cathédrale Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus Christ. De là, on a une belle vue de la ville. Les prêtres sont aussitôt rejoints par les cinq évêques qui concélébraient la messe de clôture du jubilé de Palissandre de l’archidiocèse aux côtés de l’ordinaire des lieux, Mgr Faustin Ambassa Ndjodo. A l’image de Jésus entouré de ses fidèles dans la montagne, épisode que rapportent les récits bibliques, l’archevêque métropolitain de Garoua invite les couples qui totalisent plus de 50 ans de mariage religieux dans la photo. Le prélat affiche un air décontracté, joyeux. Cinq jours plutôt, il disait « sous pression ». La messe qui clôturait les festivités du 65e anniversaire de la création du diocèse de Garoua était très courue. Le gouverneur du Nord, Jean Abate Edi’i, a participé à l’office religieux. Dans le message délivré aux fidèles, l’archevêque a prêché l’amour. Il a insisté sur le pardon en famille et dans la vie communautaire. A la fin de la messe, il a remis des lettres de félicitations du Saint-Père François aux couples qui totalisent plus de 50 ans de mariage religieux. Un autre grand moment.
 Des couples venus du Mayo-Louti, du Faro, de la Bénoué, du Mayo-Rey, ont eu donc une surprise très agréable. Les correspondances du Saint-Père étaient la cerise sur le gâteau. Ce jubilé a connu un autre temps : le symposium organisé vendredi dernier à la paroisse Saint-Pierre de Garoua. Coordonné par Pascal Ahidjo, le débat portait sur la marche chrétienne en 65 ans d’évangélisation dans le Grand Nord. Mgr Damase Zinga Atangana, évêque de Kribi et Mgr Antoine Ntalou, archevêque émérite de Garoua, ont participé à ce symposium. Il a retracé l’histoire des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée qui fondèrent le 14 septembre 1955 ce diocèse épousait alors les limites territoriales de l’ancienne province du Nord.  Des exposés bien documentés ont démontré que Mgr Yves Plumey et ses frères avaient bravé beaucoup d’épreuves pour implanter l’Eglise catholique dans le Grand Nord, aux côtés de l’islam et du protestantisme. Les diocèses de Maroua-Mokolo, Yagoua créés en 1972 et le diocèse de Ngaoundéré né en 1982 sont les fruits du diocèse de Garoua. Les trois autres évêques qui forment la province ecclésiastique de Garoua, accompagnés de leurs collaborateurs ont été invités à ce jubilé.  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps