Culture

Cinéma : le Yahra sollicite un appui

Sylvie Nwet, promotrice et directrice générale de ce festival dédié au premier film, a été reçue vendredi par le ministre des Arts et de la Culture.


Yaoundé, capitale du 7e art. Du 15 au 22 novembre prochain se tiendra la septième édition du festival Yahra, cet événement cinématographique consacré au tout premier film de réalisateurs camerounais et internationaux. Afin que la rencontre tienne toutes ses promesses, le coup de pouce du ministère des Arts et de la Culture s’avère plus que nécessaire. C’est à cet effet que Sylvie Nwet, promotrice et directrice générale du festival Yahra a rendu visite au ministre Bidoung Mkpatt, le 18 septembre dernier à son cabinet. L’hôte du Minac n’a pas caché ses ambitions : « Cela fait sept ans que ce festival existe et nous persévérons, parce que nous avons à cœur l’évolution du cinéma dans notre pays. Je suis venue demander au ministre d’avoir un partenariat afin d’encadrer ce secteur. Surtout avec la pandémie de Covid-19 qui a sinistré notre secteur, il est de bon ton qu’ensemble nous puissions vraiment donner à ces acteurs de cinéma une visibilité », a fait savoir la directrice générale du festival.
Cette année encore, Yaoundé est choisi comme l’épicentre de cet événement qui réunira à coup sûr des professionnels du 7e art venant des quatre coins du monde. Avec un accent particulier sur le cinéma du 237 qui sera mis à l’honneur. « Ceci parce que nous aurons besoin de tous les acteurs camerounais ici à Yaoundé pour célébrer cette fête de cinéma. Il est bon que le ministère puisse nous accompagner dans ce sens », a souhaité Sylvie Nwet. L’objectif de ce festival cinématographique est de récompenser les jeunes cinéastes qui sont dans l’ombre, de les mettre en lumière et de faire en sorte que les anciens qui sont dans le métier puissent les encadrer et leur donner des conseils adéquats afin de faire progresser leur carrière. Raison pour laquelle, au-delà des compétitions de films, les cibles de Yahra auront droit à des Masters class. Ainsi qu’à des colloques et conférences. Le thème de cette édition étant : « Le cinéma au service du développement », il sera question de montrer que le 7e art, en somme l’industrie cinématographique, est un levier économique pour une nation. 
Ce festival unique en Afrique pour les premiers films, permet depuis sept éditions à des professionnels du cinéma confirmés et débutants (metteurs en scène, scénaristes, comédiens, producteurs) venant d’Afrique, d’Europe et d’Amérique de présenter au public camerounais leur premier long métrage. Occasion pour le public de découvrir les prémices de grandes figures du 7e art mondial et d’apprécier la mutation professionnelle de ces cinéastes, et en même temps d’enrichir leur culture cinématographique.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps