Société

Nécrologie : le Pr. Mabou Mabou n’est plus

L’enseignant à l’Esstic et conseiller technique N°2 au ministère de la Communication est décédé hier matin à l’Hôpital général de Yaoundé, des suites de maladie.

Climat glacial hier matin au domicile du Pr. Mabou Mabou au quartier Ahala à Yaoundé. L’enseignant à l’Ecole supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (Esstic) et conseiller technique au ministère de la Communication (Mincom), a rendu l’âme à l’Hôpital général de Yaoundé. Abattue, mais assez courageuse pour recevoir amis et collègues, Monique Mabou, l’épouse, raconte les circonstances du décès : « Le professeur est malade depuis. Il est parti en France en fin octobre de l’année dernière, où il suivait ses soins. Il est rentré au Cameroun il y a trois semaines. Il a rechuté dans la nuit de dimanche à lundi passé. Je l’ai amené à l’Hôpital général lundi très tôt et il a rendu l’âme ce matin à 5h 30 (Ndlr : hier) ». 
La nouvelle qui s’est répandue comme une traînée de poudre dans les milieux de la communication a drainé du monde vers le domicile du défunt. Collègues de l’Esstic, du Mincom et autres collaborateurs arrivés sur les lieux sont sans voix. Sur les réseaux sociaux, des témoignages à n’en plus finir : « L’homme humble s’en est allé », retient-on. 
C’est d’ailleurs le souvenir que garde de lui le Pr. Felix Zogo, ami du défunt, pour qui le Pr. Mabou Mabou était : « un homme très attachant, jovial et loyal. Chaque fois qu’il m’est arrivé quelque chose en bien ou en mal, il a toujours répondu présent. C’était également un professionnel brillant et engagé ». Et d’ajouter « J’ai connu le Pr. Mabou à la fleur de l’âge. Nous étions alors au Lycée Général Leclerc de Yaoundé. Ensuite il a continué à la Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines pendant que j’étais à la Faculté de Droit. Nous avons ensuite été recruté comme enseignants à la sortie de la Fac. Lui il est parti du côté de l’Education nationale. C’était le premier recrutement spécial des 1500 enseignants. Nous avons ensuite engagé simultanément une nouvelle aventure vers la communication, lui à l’Université de Rouen et moi à l’Université de Paris II Alsace panthéon », confie-t-il.  Nous avions continué à nous voir jusqu’à notre retour au Cameroun. Moi j’ai été recruté un an avant lui à l’Esstic, et par la suite il m’y a rejoint. Nous avons encore continué de cheminer ensemble pour terminer au ministère de la Communication où il a été nommé en 2013 conseiller technique n°2 ».  Le 29 novembre prochain le Pr. Mabou Mabou aurait eu 60 ans.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps