Culture

Concert : David K, star du dimanche

L’artiste gospel s’est produit le 27 septembre dernier à Yaoundé dans le cadre d’un projet visant à lutter contre le Covid-19 dans le domaine culturel.

Des véhicules abandonnés, quelques flaques d’eau par endroit, deux bâtiments qui attendent toujours leurs finitions. Dans cet espace anonyme se dresse la case de Macase, un cadre rustique qui n’a l’air de rien vu de l’extérieur, au milieu d’un Bastos huppé. Pourtant, lorsque le mélomane pousse la porte de la case, il est transporté dans un autre univers : une scène avec du matériel de musique de pointe et une sonorisation impeccable. C’est calme… pour l’instant. La décoration dévoile des chaises recouvertes d’un tissu qui rappelle les grassfields. L’antre des Macase, c’est en réalité un laboratoire. Dimanche dernier, le laborantin du soir s’appelait David K.
Sur scène, l’artiste, accompagné de deux vocalistes et de cinq musiciens, s’est livré devant un public d’une quarantaine de personnes. Trame de son voyage musical aux allures de poème : Qu’est-ce que le gospel ? « C’est une musique qui chante la joie de vivre, une musique qui permet de se sentir bien », estime David K. Il sort ainsi sa voix puissante de ses tripes pour revisiter un répertoire personnel riche, mais aussi reprendre les classiques de certains géants tels que Bob Marley, James Brown, etc. S’il proclame le bonheur, le gospel raconte aussi les peines du monde, la tristesse et les épreuves qui jonchent le parcours de l’Homme, ainsi que le salut au bout du voyage. A la puissance vocale, David K associe alors la douceur. Une alternance qui crée une vraie montagne russe d’émotions. Le public apprécie, il danse avec lui de temps à autre, il applaudit à s’en rougir la paume des mains, il pousse des youyous. Une euphorie qui va durer une heure et trente minutes.
Ce concert de David K s’inscrit dans le cadre du concept « Dimanche gospel », organisé par le groupe Macase. Celui-ci est lui-même un élément d’un projet plus vaste dénommé « Stay Alive », créé en réponse à la pandémie du Covid-19, laquelle a mis en berne toutes les activités culturelles. « Les artistes se sont mis ensemble pour dire qu’ils veulent rester en vie, tant physiquement que professionnellement. On se retrouve donc ici au laboratoire pour proposer à un public très restreint de vivre un beau moment de musique. On éduque aussi le public pour l’inciter à sortir de nouveau écouter des concerts », explique Serges Maboma, leader du groupe Macase. Avis partagé par David K pour qui « la musique ne se définit pas seulement sur de grandes scènes en rassemblant une immense foule. Dans ce contexte marqué par le coronavirus, la musique devrait trouver le moyen d’arriver jusqu’au cœur des gens parce qu’ils en ont besoin ».
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps