International

Burkina Faso : le fichier électoral au peigne fin

Des experts internationaux auditent depuis mardi ledit fichier à l’effet de s’assurer qu’il ne comporte pas des irrégularités.

A la demande de la classe politique burkinabè, un audit du fichier électoral en vue de l’élection présidentielle du 22 novembre prochain est en cours. A l’œuvre, des experts internationaux indépendants du Système des Nations unies, de l’Union africaine (UA), de l’Union européenne (UE) et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Le travail de cette mission conjointe est de s’assurer que le fichier électoral ne comporte pas des irrégularités et que tout est mis en œuvre pour la tenue d’un scrutin crédible et transparent. L’audit en cours porte sur le cadre juridique et réglementaire, les opérations, le recrutement du personnel, leur sélection, les sanctions, les questions opérationnelles et logistiques. Ladite opération de vérification est menée par un comité de 22 personnes qui travailleront jusqu’au 20 octobre 2020. Majorité, opposition et société civile burkinabè y sont également représentées. «Un audit de fichier électoral est un travail qui est assez lourd parce qu’il doit aborder tous les sujets qui ont permis de constituer ce fichier électoral et d’en discuter pleinement en laissant la parole à tous les acteurs de s’exprimer et de poser des questions et d’obtenir des chiffres du fichier électoral de manière très transparente et inclusive», a expliqué Cyril Kulenovic, expert indépendant..

Que ce soit du côté de l’opposition ou du pouvoir, l’on voit en ce déploiement la volonté de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) d’organiser des élections transparentes. «Quand nous avons vu les forces de sécurité mener des opérations qui ont permis de mettre la main sur des convois de gens qui venaient faire des enrôlements dans des endroits où ils n’habitaient pas, nous avons soupçonné qu’il y ait peut-être quelque part des officines qui font des doubles enrôlements», souligne Zéphirin Diabré, leader de l’opposition. «Nous avons voulu que les élections du 22 novembre 2020 se fassent de façon transparente, équitable et que nous puissions avoir des résultats non contestables par toutes les parties», lance Siméon Sawadogo, ministre de l’Administration du territoire. Les résultats de la liste électorale définitive sont attendus le 21 octobre 2020.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps