Société

Riposte au Covid-19 : place aux tests sérologiques

L’enquête sur la séroprévalence, annoncée par le ministre de la Santé publique va se faire au moyen de tests sanguins.

Les locaux de la délégation régionale de la Santé publique du Littoral à Douala ont abrité ce 20 octobre une réunion préparatoire au lancement d’une étude sur la séroprévalence au coronavirus au Cameroun. Menée par le gouvernement en partenariat avec ICAP, l’enquête, prévue sur deux mois, devrait commencer cette semaine pour ce qui concerne la région du Littoral.

« On parle ici de séroprévalence. Il n’est donc pas question de regarder les antigènes, comme cela se fait pour le diagnostic du Covid dans le nez, mais de procéder à des tests sanguins », a expliqué aux médias le Dr Fanny Dissak-Delon. Le contrôleur n°1 à la Brigade de contrôle des activités et soins de santé à la délégation régionale du Minsanté du Littoral ajoutera que ces tests permettront « de voir ou pas la présence d’anticorps dirigés contre la Covid-19 au sein de la population ».

Selon des informations données par les organisateurs, l’enquête sera menée dans les dix chefs-lieux de région du Cameroun. S’agissant précisément de Douala, « pour toucher le maximum de personnes », des équipes fixes seront placées au niveau du marché Mboppi, au niveau de la gare routière de Bonaberi, ainsi qu’au marché de Ndokoti. Est concernée par l’enquête, toute personne âgée d’au moins cinq ans, les enquêteurs souhaitant obtenir l’échantillon le plus varié possible. Afin d’étudier de la façon la plus large possible le comportement du virus.

« Le but c’est de voir qui a été en contact avec le virus (…) Nous avons beaucoup de statistiques qui nous viennent de l’extérieur, mais nous n’avons pas assez de recul sur le comportement du virus au sein de la population camerounaise », va ensuite relever le Dr Fanny Dissak-Delon. Bon à savoir, pour les enfants (jusqu’à 15 ans), un accord parental écrit sera requis avant tout prélèvement. L’enquête court donc jusqu’en fin novembre 2020.

Sur un tout autre plan, le médecin rappellera que les tests d’anticorps permettront d’établir que les sujets ont été en contact (ou non) avec le virus, sans dire forcément que ceux-ci sont malades en cas de séropositivité. « Il ne s’agit pas d’un test de diagnostic Covid », a tenu à préciser Dr Fanny Dissak-Delon.

Les travaux de ce 20 octobre ont été ouverts par Samuel Célestin Nyindie, chef de la division des Affaires économiques, sociales et culturelles à la région, représentant le gouverneur.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps