Ekambi Brillant et Toto Guillaume : duo de choc

Les deux icônes de la musique camerounaise ont offert un spectacle endiablé vendredi dernier à Yaoundé.


Read also : Musique : Singuila à cœur ouvert

Trois heures de show non-stop ! Pas un seul faux pas. Des sons résolument envoûtants devant un public conquis. Ekambi Brillant et Toto Guillaume, deux monuments de la musique camerounaise, ont mis le feu au palais des Congrès de Yaoundé le 30 octobre dernier à l’occasion du lancement des activités de la Fondation « Ekambi Brillant », couplé à la dédicace du livre biographique de la voix du makossa, signé Mathias Mondo. Spectacle qui avait pour producteur délégué, le palais des Congrès, et son directeur général Christophe Mien Zok. Il est un peu plus de 23h quand Mot’a Muenya fait son entrée sur scène, après s’être fait désirer pendant quelques minutes, devant un public bouillonnant d’impatience. Et lorsqu’il apparaît enfin, il est accueilli par une standing-ovation. Sur son 31, Ekambi est brillant de mille feux dans un costume vert flamboyant, assorti à ce chapeau qui ne le quitte jamais. Une introduction élégante qui annonce la couleur. Dans un décor lumineux, la bête de scène va enchaîner pendant près d’une heure et demie, de nombreux tubes tirés de son vaste répertoire : « Nyambe », « Elongi », « Massoma », etc., repris en chœur par un public où se mêlaient férus, néophytes et admirateurs curieux. 


Read also : Biblio : à la croisée des chemins

Touché par l’actualité brûlante, le chanteur va dédier « Mbembe Na Mbembe » aux disparus de Kumba, tout en prônant le retour à la paix dans son pays. A 72 ans, Mot’a Muenya n’a rien perdu de son punch. Comme pour rassasier ces mélomanes assoiffés de tubes, Ekambi Brillant s’est associé à Toto Guillaume, dans un concept baptisé « La saga des géants ». C’est avec « Muna Muto » et Moussoloki », opus repris à travers le monde, que les deux légendes du makossa qui embrasent plateaux et salles depuis 50 ans, ont clôturé cette soirée faste, entamée quelques heures plus tôt, avec un solo de Toguy. Sa guitare en bandoulière, il a, lui aussi, enflammé le palais des Congrès pendant près d’une heure et demie. De « Françoise » en passant par « Mba na na é », « Dibena », « Issokoloko », etc., Toto Guillaume s’est montré généreux. Dans un makossa soft et endiablé, Toguy a su encore mettre ses fans d’accord. Ces derniers n’ont pas pu résister à ses notes de guitare, se succédant sur la scène, gratifiant au passage l’artiste de quelques billets... 


Read also : Cameroun-Corée du Sud : 60 ans de relations culturelles

C’est aux environs de 00h50 que le spectacle a pris fin. Un spectacle définitivement inoubliable pour les fans de Yaoundé, à revivre le 4 décembre prochain à Douala. « Ces deux monstres du makossa nous ont offert des moments inoubliables. C’était exquis. Les chansons continuent à raisonner dans ma tête pleine de rythmes et d’émotions. Ekambi Brillant et Togui sont bel et bien de retour. Ils adorent leur public et la musique », s’est réjoui un fan. Gage que nombre de spectateurs partageaient la même émotion.


Read also : Wonder Woman 1984 : promesse non tenue

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category