Inégaux dès la maternelle

Davantage que l’école, l’apport du milieu familial reste décisif pour l’avenir des plus petits. Bernard Lahire le développe dans un volumineux essai.

Bien plus que de l’école, la réussite des enfants dépend de leur famille. Pierre Bourdieu l’avait démontré, en son temps, en se penchant sur le destin des étudiants. Plus de 50 ans après Les Héritiers, le constat reste d’actualité. Professeur de sociologie à l’École normale supérieure en France, Bernard Lahire, a mené l’enquête en compagnie de 16 chercheurs. Résultats dans un livre de 1232 pages. 


Read also : Musique : Singuila à cœur ouvert

L’essai en question présente 35 enfants de maternelle issus des classes pauvres, depuis les plus précaires, jusqu'à la haute bourgeoisie parisienne et de province. Les chercheurs se sont intéressés aux moindres détails de leur vie. Pour en tirer des portraits qui présentent leur biographie familiale, leur environnement quotidien. Pour chacun, on découvre les éléments matériels de la vie de l'enfant, son entourage social, son rapport au langage oral et à l'écrit, son rapport aux temps et ses activités, son état de santé et son rapport au corps, sa confiance en soi et son rapport à l'autorité. Pour établir une enquête de cette précision, l'équipe du livre a interrogé l’enfant, ses parents et grands-parents, ses enseignants et aussi des adultes de référence. Dans cette mouvance, les enquêteurs ont par exemple demandé aux familles combien de livres possédait l'enfant, quelles étaient ses habitudes vis-à-vis des écrans, s'il ou elle recevait ou non de l'argent de poche et selon quelles modalités, etc. Question de mettre en évidence comment se construisent les inégalités sociales dans la société. 


Read also : Biblio : à la croisée des chemins

Selon l’auteur, l'ambition de l'ouvrage est de montrer « la plus extrême pauvreté comme la plus grande richesse et permettre de faire sentir, autant que de faire comprendre, que ces enfants, qui sont tous en grande section à l’école maternelle, au même moment, dans la même société, ne vivent pas du tout les mêmes réalités. Saisir les inégalités dès l’enfance est une manière d’appréhender l’enfance des inégalités, au sens de leur genèse dans la fabrication sociale des individus ». 


Read also : Cameroun-Corée du Sud : 60 ans de relations culturelles

Ce qu'observe B. Lahire, c'est la précocité (dès la maternelle) des stratégies de scolarisation socialement différenciées. Dans les classes supérieures, les parents choisissent des écoles qui visent l'excellence scolaire. Le même souci de performance se retrouve dans les classes moyennes avec un souci d'investissement dans les établissements scolaires. Dans les familles des classes populaires, le choix tient compte des relations nouées avec l'école. Certains font de grands trajets chaque jour pour scolariser leur enfant. Le grand succès des classes moyennes et supérieures, c'est leur capacité à pédagogiser la vie quotidienne, à lier ainsi les enseignements scolaires à la vie de l'enfant, à leur donner du sens. L'ouvrage de Bernard Lahire est une mine d'informations pour les enseignants et les familles qui veulent le succès de leur progéniture. 


Read also : Wonder Woman 1984 : promesse non tenue

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category