« Nous avons opéré des changements »

Claudine Pélagie Letono, directrice adjoint de l’école inclusive de Promhandicam, en charge du centre d’éducation et de traitement spécialisés.

Après une pause due au Covid-19, comment s’est passée la reprise pour ces élèves ?


Read also : Solidarité chez les enseignants : union sacrée autour de la craie

Cela a été vraiment difficile parce que certains parents ne voulaient pas libérer les enfants. Ils avaient peur de la maladie. Depuis un certain temps, on vérifie cela avec l’effectif. Il va croissant. Au centre spécialisé, nous avons déjà plus de 80 apprenants pour nos quatre salles. Au dernier niveau, nous ne comptons plus en prendre parce qu’ils sont déjà 25. Nous tenons aussi compte de nos espaces.


Read also : Plan triennal spécial-Jeunes : le temps des entrepreneurs juniors

Quelles dispositions avez-vous prises en tenant compte du Covid-19 ?


Read also : Roadworthiness Certificate : Forgery Far From Over

Nous avons à notre disposition des lingettes et du gel hydro-alcoolique. Nous avons également installé de l’eau pour se laver les mains régulièrement. Au niveau de l’école inclusive, ils ont des seaux et du savon parce qu’ils savent se prendre en charge. Ce qui n’est pas le cas des élèves du centre spécialisé. On est donc chargé de le faire pour eux en leur apprenant, pour ceux qui se débrouillent, à le faire tout seuls.


Read also : « La vignette est cryptée par des éléments de sécurité »

Le changement se fait-il sentir au niveau des élèves ?


Read also : Solidarité chez les enseignants de l'Adamaoua: union sacrée autour de la craie

Ces enfants ont compris, depuis la suspension des cours en mars, qu’il y avait une situation différente. On leur parlait déjà de cela à la maison mais, nous en parlons aussi à l’école. Surtout que nous avons poursuivi les rencontres dans certaines familles pendant la période de confinement et les vacances. Au niveau du centre, nous avons également opéré quelques changements. Dans le groupe 4 qui est le niveau supérieur, nous n’avons plus le tronc commun comme cela se faisait auparavant. Désormais, nous devons identifier les aptitudes des enfants pour organiser des activités. Par ailleurs, chaque groupe au centre spécialisé a un objectif clairement identifié. A l’école inclusive, nous avons un effectif de plus de 200 pour les six salles de classe dont nous disposons. Pour le moment, les cours se déroulent normalement.


Read also : Dépigmentation : ces enfants qu’on expose

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category