Tpi de Bonanjo : un an avec sursis pour les deux avocats

Selon la sentence rendue hier, ils ont été reconnus coupables d’escroquerie et non coupables d’outrage à fonctionnaire.

Les débats hier, mercredi 25 novembre 2020 au Tribunal de première instance (Tpi) de Douala-Bonanjo, dans l’affaire des deux avocats accusés d’escroquerie, outrage à fonctionnaire et complicité ont duré sept heures. L’audience était présidée par Armel Kohoo à Kémoun, président du Tpi.


Read also : Solidarité chez les enseignants : union sacrée autour de la craie

Tout commence à 11h avec l’entrée de la cour qui va d’emblée rejeter la demande de mise en liberté provisoire des deux avocats, dont l’incarcération a été à l’origine des échauffourées du 10 novembre dernier. Puis place aux débats, dans le cadre du procès où les avocats Augustin Wantou et Christelle Djonkou sont accusés de corruption, outrage à fonctionnaire (magistrat), et complicité.


Read also : Plan triennal spécial-Jeunes : le temps des entrepreneurs juniors

Une centaine d’avocats sont constitués pour défendre les deux confrères. Les plaidoiries sont assurées ce 25 novembre par l’ancien bâtonnier Me Jackson Ngnié Kamga, les avocats Me Patrice Um, Barnabé Nekui et Kouengoua. Plusieurs dizaines d’avocats sont présents à l’audience et on note aussi la présence des forces de maintien de l’ordre.


Read also : Roadworthiness Certificate : Forgery Far From Over

Après l’audition des témoins de l’accusation, les réquisitions du ministère public, les plaidoiries des avocats de la défense et deux interruptions des débats, le verdict est donné à 18h par le président du tribunal. Les deux avocats sont reconnus coupables d’escroquerie et non coupables d’outrage à fonctionnaire. Ils écopent d’un an d’emprisonnement avec sursis pendant cinq ans, étant considérés comme délinquants primaires. Ils devront en outre payer 1.015.650 F chacun avant de recouvrer leur liberté. Ils ont dix jours pour interjeter appel de la décision.


Read also : « La vignette est cryptée par des éléments de sécurité »

Le troisième accusé, M. Serges Wanang, frère du client que défendaient les deux avocats Wantou et Djonkou, est reconnu coupable d’escroquerie et d’outrage à fonctionnaire. Il écope d’un an d’emprisonnement avec sursis pendant cinq ans et 500 000 F d’amende. Lui également peut faire appel de la décision justice dans les 10 prochains jours.  Les avocats ont regagné le pénitencier de New Bell, en attendant que l’amende soit payée.  


Read also : Solidarité chez les enseignants de l'Adamaoua: union sacrée autour de la craie

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category