Agriculture et élevage : le Brésil vend ses atouts

Le potentiel du pays dans ce domaine présenté dans la nouvelle édition du bulletin d’information de la section économique de la représentation diplomatique de Yaoundé.

« L’un des secteurs offrant un fort potentiel pour le développement d’échanges et d’expériences entre le Cameroun et le Brésil est celui de l’agrobusiness, au regard non seulement des similitudes climatiques, de sol et de culture entre nos deux pays, mais aussi de l’importance du secteur agropastoral pour leurs économies. » Ainsi s’exprime Vivian Loss Sanmartin, ambassadeur du Brésil au Cameroun, dans la 3e édition du bulletin d’information de la section économique et de promotion commerciale de l’ambassade. Un numéro qui met justement en exergue les atouts de ce pays agropastoral. 


Read also : Autoroute Yaoundé-Douala : on prépare le raccordement à la Nationale n°3

D’abord à travers le compte rendu de la 2e édition du séminaire sur l’agro-business Brésil-Cameroun, tenue en novembre dernier à Ngaoundéré. Placé sous le thème « Agro-business brésilien : partenariats et opportunités pour la modernisation de l’agriculture et de l’agro-industrie au Cameroun », cet événement a permis de présenter le chemin parcouru par le Brésil en 40 ans, afin de motiver davantage les Camerounais. De pays importateur au milieu des années 70, le Brésil exporte désormais de nombreux produits sortis de ses exploitations (jus d’orange, café, soja, sucre, poulet, bœuf, maïs, porc, etc.). D’ailleurs, pour mieux vendre ce potentiel, le Brésil organise, depuis bientôt trois décennies, une foire agricole internationale. L’édition de 2021, initialement prévue du 26 au 30 avril 2021, a été reportée du 21 au 25 juin. 


Read also : Corridors routiers d’Afrique centrale : il y a du potentiel

La recherche dans ce domaine fait également des prouesses. Le bulletin d’information indique, en fin d’année dernière par exemple, la société brésilienne de recherche agricole a lancé une nouvelle variété de haricot dont « la productivité est 20% supérieure aux autres du marché, avec un rendement de 4000 kilos par hectare et une meilleure résistance aux maladies. »


Read also : Electricité : des perspectives pour la Turquie

Ce numéro, donne aussi à voir les potentialités du Brésil dans les domaines des TIC, de l’industrie d’équipements, du tourisme, avec des cartes postales de plusieurs sites. 


Read also : Agriculture centrale : voici le programme semencier

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category