Climat : ces pluies inatendues…

Des averses ont touché divers points de la ville les 4, 5 et 6 janvier, adoucissant l’atmosphère.

Ce lundi 4 janvier, la chaleur a atteint l’un des pics les plus importants de ce début d’année à Douala, avec une température allant jusqu’à 33° Celsius. Depuis la fin des pluies en mi-novembre, la saison sèche impose sa loi. Et beaucoup attendaient des journées chaudes en ce mois de janvier… Contre toute attente, le ciel s’est subitement obscurci dans l’après-midi de lundi dernier. Puis ont suivi des rafales de vent. En peu de temps, des nuages de poussière se sont formés çà et là dans la ville, rendant plus utiles encore les cache-nez arborés habituellement contre le coronavirus.


Read also : Projet « Filets sociaux » : 128 ménages secourus à Jebalè

Rapidement, de premières gouttes ont commencé à tomber, suivies d’éclairs et de coups de tonnerre. Les précipitations ont particulièrement arrosé les arrondissements de Douala III, IV et V le premier jour. De nouvelles averses ont également été enregistrées à Logbessou (Douala V), Bonabéri (Douala IV), Akwa (Douala I) et une partie de Douala III dans la nuit du 5 au 6 janvier. Des orages certainement à l’origine de la coupure d’énergie électrique qui a plongé une partie de l’arrondissement de Douala III dans le noir toute la nuit du 4 au 5 janvier. Ces pluies ont arrosé plusieurs quartiers de la capitale économique de leurs trombes d’eau finalement bienfaisantes, véritable manne en cette période de chaleur accablante.


Read also : Salubrité : le défi de la propreté durable

De fait, ces pluies ont notamment permis de purifier l’atmosphère des particules de poussière, généralement sources de pathologies respiratoires.


Read also : Bonakouamouang : deux boutiques partent en fumée

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category