Libye : la visite du ministre de la Défense à Ankara divise

Le camp du maréchal Khalifa Haftar accuse le gouvernement de Fayez al-Sarraj de vouloir saper l’accord de cessez-le-feu de Genève en collaborant davantage avec la Turquie.

Au lendemain de la visite effectuée dimanche dernier à Ankara en Turquie par le ministre libyen de la Défense du Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli, Salah Eddine al-Namrouch, une vive polémique secoue la classe politique libyenne. Le maréchal Khalifa Haftar et ses troupes basées à l’Est du pays reprochent au Premier ministre, Fayez al-Sarraj et à son gouvernement de vouloir saper l’accord de cessez-le-feu signé en octobre 2021, qui suspend toute formation administrée aux Libyens par des étrangers et le retrait des forces étrangères du pays avant le 25 janvier 2021. 


Read also : Libya : Political Dialogue Forum Ongoing

Les accusations du camp du maréchal Haftar s’appuient également sur le communiqué du gouvernement turc qui a fait savoir que cette visite ambitionne de développer davantage la coordination stratégique et militaire entre les deux parties. En plus, le renouvellement, il y a quelques jours, par le Parlement turc de la mission des soldats turcs en Libye pour dix-huit mois, n’est pas de nature à apaiser les rapports entre frères ennemis. Avant son déplacement pour Ankara, Salah Eddine al-Namrouch a laissé entendre que le gouvernement d’union nationale reconnu par la communauté internationale tienait à ses accords avec la Turquie. Une position à l’opposé de l’accord de Genève. Du côté du gouvernement de Tripoli, l’on soupçonne le maréchal Khalifa Haftar de vouloir ouvrir un nouveau front avec les troupes fidèles au GNA. 


Read also : Etats-Unis : Trump menacé de destitution

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category