Reconstruction de l’Extrême-Nord : le programme présidentiel en marche

Le Premier ministre, chef du gouvernement a présidé hier par visioconférence, une concertation interministérielle visant également à relancer les chantiers dans cette région.

Réparer les préjudices directs causés par la secte terroriste Boko Haram et les inondations qui frappent régulièrement la région et œuvrer à la relance économique de l’Extrême-Nord. C’est l’objectif visé par le Programme présidentiel de reconstruction de cette région. Des sujets qui étaient au cœur de la concertation interministérielle présidée hier, par visioconférence par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute. A ces objectifs majeurs, il y a également la volonté affichée par le président de la République, à travers cette initiative, de relancer les différents chantiers abandonnés dans la région de l’Extrême-Nord, et qui portent davantage sur la construction des voiries urbaines. Dans son exposé de circonstance, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, (Minepat) Alamine Ousmane Mey a rappelé que ce Programme va s’appuyer sur quatre composantes dont la première concerne la réparation des dégâts directs causés par la secte Boko Haram et les inondations. Celle-ci vise la reconstruction et surtout l’amélioration des infrastructures détruites par la secte terroriste. La deuxième composante porte quant à elle sur la relance de l’économie et la réduction de la vulnérabilité sociale avec en projet, le développement des activités socio-économiques et la formation avec une priorité accordée aux femmes et aux jeunes qui sont particulièrement les cibles de la pauvreté et du chômage. La 3e est relative à la résilience des populations aux changements climatiques. Il s’agit notamment de chercher à capitaliser la forte pluviométrie qui cause régulièrement des dégâts en tirant profit de cette eau qui n’est plus disponible une fois les dommages causés sur les populations. Enfin la dernière composante est en rapport avec la gouvernance. 


Read also : Cameroon-Turkey : Outgoing Ambassador Bids Farewell

S’agissant des activités prioritaires, celles-ci devraient, de l’avis du Minepat, être lancées au cours du premier trimestre de l’année en cours. Cette phase est évaluée à 150 milliards de F. Comme dans des cas similaires, le Programme devrait bénéficier de l’appui des partenaires du Cameroun. Parmi ceux-ci, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) qui entend accompagner cette initiative. Il convient de rappeler que le Plan présidentiel va se déployer en marge des autres investissements classiques de l’Etat dans cette région. En ouvrant les travaux, le Premier ministre, chef du gouvernement a insisté sur l’urgence de l’accélération de la mise en œuvre de cette initiative. C’est dans ce cadre qu’un délai de trente (30) jours a été prescrit au Minepat pour soumettre au Premier ministre, chef du gouvernement, le document stratégique portant sur les différentes composantes du Programme. Joseph Dion Ngute a en outre rappelé aux membres de son équipe compétents, les instructions du président de la République sur la reprise des travaux des chantiers abandonnés dans cette partie du pays. Ceux-ci doivent être intégrés au Plan en gestation.


Read also : CHAN 2020 : le « merci » des volontaires à Paul Biya

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category