Retrait des CNI : 1000 cartes disponibles pour l’Adamaoua

Depuis la semaine dernière, les détenteurs des récépissés se bousculent aux portes du poste d’identification de Ngaoundéré en vue d’entrer de récupérer leur pièce d’identité.

C’est à l’image des élèves qui scrutent très souvent le babillard lors de la publication des candidats admis aux examens officiels que ceux qui détiennent les récépissés viennent récupérer leur CNI désormais disponible pour certains. La scène est récurrente depuis la semaine dernière à la délégation régionale de la Sûreté nationale de l’Adamaoua, poste d’identification de la ville de Ngaoundéré. « C’est depuis 2018 que je suis allé me faire une CNI. J’ai appris par la radio que ces cartes sont disponibles et je suis venu retirer la mienne. Sauf que, j’ai égaré mon récépissé. Et du coup, ma situation se complique puisqu’on dit qu’il m’est impossible d’entrer en possession de celle-ci pour cette raison. Sur les listes publiées, mon nom ne figure pas. Je vais attendre la prochaine vague », explique Saïdou Boubakari, chauffeur au chômage. Tout à côté de lui, c’est Madame Evelyne Makira, couturière au quartier Baladji 2 qui, visiblement est soulagé d’avoir vu son nom au babillard.  « C’est depuis un an que je traîne mon récépissé et que l’on prorogeait tous les six mois. Là, je viens d’être informée de ce que les cartes sont arrivées et j’ai vite couru. Heureusement, mon figure est bel et bien sur la liste. J’attends qu’on m’appelle », confie notre interlocutrice. A sa suite, c’est Mohamadou, tôlier qui passe les listes au peigne fin dans l’espoir de trouver son patronyme. « Il y a beaucoup d’affluence et cela rend difficile l’accès au babillard. Et j’espère obtenir ma pièce d’identité parce que cela fait un an que traîne mon récépissé &r...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category