Conseil régional : le siège du Littoral en chantier…

Les travaux qui ont commencé il y a deux semaines avancent à un rythme soutenu.

C’est à Bonanjo, au sein du bâtiment colonial qui abritait encore la sous-préfecture de Douala I il y a quelques semaines, que les membres du bureau du conseil régional du Littoral vont s’établir. Les bureaux de la sous-préfecture ont été transférés dans les services du gouverneur de la région du Littoral, près du nouveau siège du Conseil régional.


Read also : Assainissement : le marché de Nyalla bientôt délocalisé

Sur le chantier, sis en face des services de la Communauté urbaine de Douala, les travaux évoluent normalement. L’immeuble colonial d’un niveau subit une mue progressive et visible. Au niveau du rez-de-chaussée, l’on est aux derniers travaux de finition. La peinture a été entièrement refaite et les carreaux posés. Le gros du travail est actuellement concentré au premier niveau, où toute l’ancienne toiture a été décapée pour laisser place à une nouvelle charpente qui n’attend plus que les tôles.


Read also : Motos-taxis : l’heure de l’assainissement a sonné

A l’intérieur, des coups de masse sur les murs, les sifflements de meules sur les métaux, et autres bruits de truelles témoignent de l’allure des travaux. « Le chantier évolue normalement. Nous avons presque terminé avec le niveau inférieur. Tout le matériel ainsi que les financements sont disponibles. Aucun ouvrier ne se plaint de quoi que ce soit. Les ingénieurs de chantier viennent constamment contrôler pour voir si tout va bien », a confié à CT Tam Eric Mballa, chef chantier.


Read also : Hôpital gynéco-obstégrique : des armes contre l’AVC

La structure, apprend-on, va garder son ossature coloniale. Les ingénieurs s’assurent cependant que les modifications soient faites conformément aux normes techniques requises. Notamment en termes de solidité et de fiabilité. « Ce bâtiment est certes une structure coloniale, mais la technologie ne change pas fondamentalement. Tous les travaux que nous faisons ici sont solides. Nous utilisons par exemple des parpaings vibrés fabriqués à la machine. Nous donnons le meilleur de nous-mêmes pour la réussite de ce travail », soutient le chef chantier.


Read also : Enseignement secondaire : le Minesec en inspection

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category